Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Delain

Lucidity

LabelRoadrunner Records
styleRock Gothique
formatAlbum
sortiefévrier 2006
La note de
U-Zine
6.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Projet de Rock Gothique initié à la base par l’ex claviériste de Within Temptation, Martijn Westerholt et empruntant son nom au royaume imaginé par Stephen King dans The Eyes Of The Dragon , Delain s’est formé grâce à l’arrivée de talentueux musiciens tels que le bassiste de NightwishMarko Hielata, l’ex guitariste de Lacrimosa à savoir Jan Yrlund ainsi que la chanteuse de Leaves’ Eyes. Par la suite, histoire de pousser encore plus loin dans le all star système, le groupe se verra supporté par de très célèbres musiciens Hollandais comprenant la chanteuse de Within Temptation, le guitariste d’Epica, Ad Sluyter, le batteur Ariën Van Weezenbeek de God Dethroned et pour finir, le chanteur et le guitariste de Orphanage. Malgré tout, la vraie chanteuse du groupe restera Charlotte Wessels ex To Elysium qui aura donc posée sa voix sur quasiment tous les morceaux de l’album.

Delain, avant d’être une sorte de all star band, c’est avant tout l’histoire de Martijn Westerholt. L’histoire de ce type qui vu grandir Within Temptation pendants de longues années pour finalement devoir quitter le navire juste au moment où le groupe devenait célèbre, pour cause de maladies chroniques. Evidemment, cette histoire est triste, mais c’est la où Delain prend une toute autre ampleur car ce groupe n’est rien de plus qu’une revanche sur la vie. Pour faire court, voilà donc qu’après de nombreuses péripéties, le groupe se voit signé chez Roadrunner Records et dans la possibilité de nous proposer aujourd’hui, « Lucidity, un album de guest star qui reste cohérent dans son Rock Gothique à vocalises féminines.

Bon, musicalement, il faut être adhérant au genre, on peut le dire d’emblée, ça reste pour les fans de Lacuna Coil, Nightwish et compagnie. Si le contexte et ses invités de qualité donnent un plus évident à Delain il n’en est pas moins évident que musicalement, ça reste totalement convenu. Faute D’originalité et de personnalité, on s’y perd parfois, s’agit-il d’un album facultatif et sans saveur ? Non pas pour autant car malgré le manque singularité, ça sonne évidemment mature mais surtout très constant, ce qui reste un très bon argument de vente. On notera que l’opus comporte quelques hits tels que « Frozen », « Daylight Lucidity » ou bien encore « Sleepwalkers Dream » et « Sever » » pour bien reprendre dans l’ordre.

Pour revenir le plan musical, le gros problème et défaut de cet album, réside dans la structuration des morceaux qui reste toujours la même. Une intro plus ou moins accrocheuses avec une petite lead au synthé plus ou moins inspirée, et puis tout au long du morceau, des riffs totalement plats et sans saveur. Parfois les vocalises donnent un plus évident aux morceaux grâce à de bonnes lignes vocales, parfois pas, tant ça reste sans conviction. Plus d’affirmation et de personnalité seront les biens venues pour le prochain album. En attendant, les fans du genre seront « plutôt » satisfait, pour les autres, il n’y a pas vraiment d’arguments pour que vous vous y intéressiez.


1. Sever
2. Frozen
3. Silhouette of a Dancer
4. No Compliance
5. See Me In Shadow
6. Shattered
7. The Gathering
8. Daylight Lucidity
9. Sleepwalkers Dream
10. A Day For Ghost
11. Pristine
12. Deep Frozen (bonustrack version)

Les autres chroniques

Album

juin 2012 U-Zine

Delain

We Are the Others

Album

févr. 2019 Rodolphe

Delain

Hunter's Moon