Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Twelve Tribes

Midwest Pandemic

LabelFerret Records
styleHardcore-metal mélodique
formatAlbum
paysUSA
sortieoctobre 2006
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

C’est le 25 janvier 2005 que je découvrais en live Twelve Tribes, en première partie de Killswitch Engage, un premier vrai contact auditif (& visuel bien sûr) avec ce combo d' Ohio (je ne connaissais à vrai dire jusqu’ici que leur clip-vidéo « venus complex », tiré du CD The rebirth of tragedy) qui avait été ma foi fort agréable.
Deux ans après The rebirth of tragedy justement, Twelve Tribes nous revient avec ce troisième opus du nom de Midwest Pandemic.


Le premier titre « National Amnesia » lance de très bonne façon l‘album. Shane Shook nous propose des plans de batterie bien excité par moment, les guitares alternent entre des ambiances mélodique et des passages assez déstructurés, et Adam Jackson reste fidèle à lui-même en nous proposant son chant hurlé traditionnel, à s'en abîmer les cordes vocales.

Je ne vous le cache pas plus longtemps, on retrouve sur ce Midwest Pandemic la même touche musicale que sur le précédant opus : du hardcore façon Hatebreed (j’adore l’intro de « Verona »), de douces atmosphères rappelant fortement Poison The Well ainsi que des breaks permettant de couper le rythme (« History Versus The Pavement », le titre instrumental « Monarch Of Dreams » faisant souffler le CD), et peut être même un poil de mordant en plus sur certains passages (la lourde « Muzzle Order », bien que le mid-tempo ralentisse quelque peu les véhélités parfois).

Le chant d’ Adam Jackson est majoritairement hurlé sur toute la galette, mais celui-ci s’accorde de bref moment mélodique (« Librium », « Verona », « The Nine Year Tide » et sa jolie intro à la basse, et l’excellente « Pagan Self Portrait », que je trouve très bien construite) . Vis à vis du chant clair, ce n’est pas comparable non plus à un groupe de metalcore style Killswitch Engage non plus, où le chant mélo’ fait partie intégrante du combo sur les refrains, ici ça reste infime, surtout quand on voit comment Adam crache sa haine dans son chant tout autour.

Si le chant d’Adam n’est pas toujours des plus varié, Twelve Tribes nous offre un dernier morceau « The Recovery: In Three Parts » de quasi 9 minutes (divisé en trois parties) plus inventif : après une intro au piano, nous pénétrons dans des ambiances et rythmes musicaux variés, sous un mid-tempo saccadé sympathique, et une batterie assez martial dans sa technique, Shane Shook nous faisant profiter de jolies roulements de baguettes. Un titre plus atmosphérique, moins agressif dans sa conception, mais derrière une voix d’Adam toujours aussi vénère.

Je voudrais dire Chapeau aux producteurs Eric Rachel (Dillinger Espace Plan) et Andreas Magnusson (The Black Dahlia Murder), qui ont mis toute leur expérience à la réalisation de ce CD. Le mixage est lui aussi très convaincant, comme nous le démontre « Televangelist » et ses passages au chant, où des chœurs viennent épaissir le son, rendant le morceau plus entraînant en quelque sorte.

Deux regrets tout de même enfin (Omar Sharif, sa passion c’était les courses, la mienne, c’est de râler :D).... celui d’avoir un chant moins varié tout d’abord (où sont passés ces parties hip hop comme sur le titre « chroma » du précédant album ?), et le fait de ne pas pouvoir dégager personnellement une chanson du lot aussi aisément que sur The rebirth of tragedy, qui nous avait offert « Venus complex », chanson de toute beauté.


Bon finalement, Le hardcore-metal mélodique de Twelve Tribes n’a pas pris une ride sur ce Midwest Pandemic. Malgré la piste finale en trois parties tendant vers quelque chose de somme toute différent, la musique du combo s’est globalement simplifié dans l’ensemble, ce qui me paraît un peu dommage, tant les influences du groupe étaient bien plus hétéroclite par le passé. Le CD reste tout de même très agréable si peu qu’on aime le style. Je pense une fois encore que je profiterai plus largement du combo en live, et que j’écouterai rarement l’album en entier, mais seulement des titres par ci par là.

1. National Amnesia
2. Muzzle Order
3. Televangelist
4. Pagan Self Portrait
5. History Versus The Pavement
6. Monarch Of Dreams
7. Librium
8. Verona
9. The Nine Year Tide
10. Midwest Pandemic
11. The Recovery: In Three Parts
I. God Bless You, Good Thief
II. Towers And Vectors
III. Bridge To The Sun