Articles Retour

L'édito #10 | Mai 2016

lundi 2 mai 2016 - Willow
Willow

Chers amis, bonsoir ! Je vous écris ces lignes à une heure avancée, alors que nous sortons seulement de ce qui fut le tout premier live d'Horns Up, pour le moins riche en émotions.

En effet, figurez-vous qu'il y a quelques jours encore, nous étions littéralement submergés par tout ce que la technique peut impliquer de pire. Bon, on est tous relativement coutumiers des bricolages en bouts de ficelle, mais là, impossible de faire fonctionner quoi que ce soit. Finalement, nous sommes partis faire la manche chez nos confrères et on y a trouvé le Saint-Graal, celui-là même grâce auquel nous n'avons pas cassé nos ordinateurs respectifs : ni une ni deux, nous étions en direct avec le charmant Enjoy the Noise devant... pas mal de monde ! Hé, ça a généré un chat assez chaotique : j'ai donc dû un peu jouer à la Dame de Fer à la modération, en virant, notamment, les quelques crétins au bras droit un peu trop tendu. Bien sûr, il restait des floodeurs qui n'ont pas manqué de s'exprimer (et il n'était pas question de les interdire de le faire), et ça n'a pas rendu la tâche franchement aisée. Pour ne pas vous mentir, la F.A.Q. comme ça, c'était chaud.

Alors qu'à la lecture de tous les commentaires et questions ("Willow montre nous tes pieds" "Schifeul raciste" "Que pensez-vous de Limp Bizkit ?") mon corps mutait sous le poids de la gêne, j'ai jeté un nouveau petit coup d'œil aux chiffres que vous et moi avions sous les yeux, qui m'ont sensiblement consolé. Une chose était sûre : tout le monde n'était pas dans le chat à insulter gratuitement Hubert comme beaucoup dont je m'infligeais (volontairement) la lecture. Ainsi, majorité silencieuse sois bénie, et majorité bruyante, merci d'être là tout de même. Il ne s'agit pas de hiérarchiser les personnes qui nous lisent, nous regardent, nous écoutent, mais simplement de prendre un peu de recul, de relativiser. Nous sommes tous fiers du chemin parcouru et vous n'êtes pas innocents dans cette affaire. Donc bon, malgré les douze cancers que j'ai contractés en vous lisant, mon masochisme et moi vous faisons des bisous (des bien contagieux qui vous mettront de l'herpès, vous ne vous en sortirez pas comme ça).

On se retrouve le mois prochain, merci encore à vous de la part de toute l'équipe d'être là !