Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Necrophobic

Hrimthursum

LabelRegain Records
styleDeath metal
formatAlbum
paysSuède
sortiemai 2006
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Ne m’étant jamais réellement penché sur la bête, je n’attendais pas grand-chose de la part de Necrophobic. Les quelques extraits que j’avais pu écouter ici ou là ne m’avait jamais transcendé malgré leur réputation qui n’est plus à faire… Mais mon jugement allait rapidement changer à l’écoute de ce Hrimthursum (… argh ! Les noms à consonance anglophone ont quand même parfois du bon ). Pour leur cinquième album, la formation suédoise a apparemment décidé de mettre les bouchés doubles et démontre une féroce envie de prouver à tout le monde qui ils sont !

Avant de jeter une oreille sur cette galette, je ne m’attendais vraiment pas à rencontrer autant de richesse sur cet album. Hrimthursum est un véritable melting-pot d’influences sur une base death metal très prononcée. Si les compostions death metal qui restent en effet majoritaires, ces dernières sont tout de même relativement typées black metal. Cela se fait sentir avec l’utilisation de riffs froids pour les guitares (de même pour les claviers), d’ambiances sombres mais aussi grâce à la voix, à mi-chemin entre un chant death et black.
Les festivités commencent par l’excellent "Blinded by Light, Enlightened by Darkness", authentique monument d’efficacité et de rapidité. Relayée par une production bien costaud, la rapidité des morceaux est parfois fulgurante ! Joakim Sterner diversifie parfaitement son jeu, en misant sur des tempos tantôt véloces, tantôt mid-tempo ou bien sur des breaks là où on ne les attend pas ("Death Immaculate"). Mais ça, de nombreux groupes en sont capables… Le vrai plus de ce Hrimthursum vient du fait qu’il allie les riffs froids - dont on parlait plus haut - à des mélodies prenantes et émouvantes.
Mais ce n’est pas tout. Necrophobic nous sort une carte que l’on n’attendait pas, celle d’une influence très marquée par Septic Flesh. Les membres ont donc opté pour une incorporation de chants symphoniques dans des parties métal. Les fans du groupe grec ne devraient donc pas avoir trop de mal à être attirés par cet opus. A l’instar de SF, les chants symphoniques ne sont pas pompeux comme (il faut le dire) dans la majorité des groupes utilisant ce genre de chants. Sur cet opus, ils collent parfaitement avec la structure des morceaux et sont en symbiose aussi bien avec le reste des instruments qu'avec les chants rageurs de Tobias Sidegård, hurleur en chef depuis 1991. L’alternance des quelques nappes de chant masculins ("Bloodshed Eyes") ou féminins ("Hrimthursum") donne une alchimie irréprochable aux morceaux.

Avec une durée aussi généreuse que la qualité des compositions, on ne peut pas dire que Necrophobic se soit foutu de la gueule de ses fans. Les suédois nous ont concoctés une œuvre inspirée, avec des morceaux qui prennent aux trippes et laissant dégagés beaucoup de rage et de mélancolie… Je ne m’attendais pas à une si bonne surprise de leur part et le résultat devrait autant plaire aux fans de death metal qu’aux fans de black. Avec cette nouvelle preuve, Regain Records tend à devenir un des labels de référence – si ce n’est pas déjà fait – avec une activité productive et une qualité souvent au rendez-vous !

1. The Slaughter of Baby Jesus
2. Blinded by Light, Enlightened by Darkness
3. I Strike with Wrath
4. Age of Chaos
5. Bloodshed Eyes
6. The Crossing
7. Eternal Winter
8. Death Immaculate
9. Sitra Ahra
10. Serpents (Beneath the Forest of the Dead)
11. Black Hate
12. Hrimthursum

Les autres chroniques

Album

févr. 2018 ZSK

Necrophobic

Mark Of The Necrogram