Live reports Retour
jeudi 31 mars 2016

Hangman's Chair + Bagarre Générale @La Scène Michelet

La Scène Michelet - Nantes

Cook

Hardcore // Sludge // Doom // Stoner // Crossover // Black Breath.

Pour fêter dignement ses quinze années de bons et loyaux webserivces, Metalorgie a mis les petits plats dans les grands. Les petits plats étaient livrés hier soir dans une Scène Michelet pleine à craquer en la présence de Bagarre Générale et Hangman's Chair.

Soirée Warm Up, prélude donc aux deux jours de festival qui vont suivre au Ferrailleur de Nantes, soirée gratuite également, ce qui ravira les plus fauchés ou les plus avares.

Bon et pardonnez l'expression, « petits plats » car en ce qui concerne les deux groupes qui jouent ce soir, il y a tout de même notoriété et talent certain !


BAGARRE GENERALE 

Les hostilités étaient lancées sur les coups de 21h, avec les Bordelais de Bagarre Générale. Ne connaissant pas, le nom évoquait une multitude de possibilités musicales, je m'attendais donc à tout, sauf à entendre une sorte de doom fumeux agrémenté de trombones à coulisse.

La sobriété n'est pas de mise, un synthé à deux niveaux trône fièrement sur le devant de la scène, faisant de l'ombre au guitariste, se trouvant entre ce mastodon et deux trombones à coulisses toujours tendus. Bon, je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre, la surprise fut donc totale, mais en revanche je n'ai pas été conquis par cette formule atypique.

Je ne saurais expliquer précisément pourquoi les compositions ne m'ont pas touché, mais c'est un fait, je n'ai pas pu rester tout le concert. Et pourtant le concert débutait de la plus prometteuse des façons. Les trombones résonnant dans la Scène Michelet rendaient l'atmosphère guerrière, les notes de guitare se mélangeant avec celles du synthé renvoyaient à une ambiance obscure, noire et le nom du groupe prit alors tout son sens.

Et puis, au bout de quelques minutes, de quelques longues minutes, j'ai ressenti comme un ennui, de voir que la musique n'évoluait pas, en tout cas pas à mon oreille. Je suis sûr que cette musique prend tout son sens sur album, je pense notamment à leur split avec Year Of No Light, mais en ce jeudi soir, dans cette salle remplie de monde, je n'aurais pas réussi à me laisser envelopper par les mélodies du groupe.

HANGMAN'S CHAIR

Après le traditionnel changement de plateau, les lumières s'éteignent à nouveau pour laisser place à Hangman's Chair, quatuor parisien officiant dans un doom accompagné d'une voix mélodieuse et incantatoire à 100 %. Un savant mélange de douceur et d'harmonie se dégage sur cd et je dois dire que j'étais impatient de les voir, tant This Is Not Supposed To Be Positive, leur dernier effort en date m'avait laissé admiratif.

Je n'ai pas été déçu, le show livré était incroyable, tant musicalement qu'humainement, l'attitude scénique des musiciens participant au succès du concert. Avec une entrée fracassante sur Dripping Low, single de leur album, ils ont immédiatement su mettre le public dans leur poche. Toute la Scène Michelet devint un seul et même headbang, un corps vibrant de basses, de rage et à la fois de mélancolie.

L'intelligence de ce groupe, à mon sens, est de savoir composer un album aussi bien pour l'écoute que pour le live, ce qui n'est pas le cas de beaucoup de groupes officiant dans ce registre. Je m'explique pour ceux qui ne suivraient pas dans le fond. La plupart des groupes se contentent d'écrire des albums lourds, pesants et fonctionnant à merveille lors d'écoute passive dans un canapé, avec le son d'une sono, et une fois rendu en concert, l'ambiance accroche pour les fanatiques, mais devient pesante assez rapidement, la faute à des riffs répétitifs, à des moments de flottement avant des montées parfois bancales...

Hangman's Chair a le don de rattraper son public, de relancer la machine à riffs au moment opportun, et de ne jamais faire redescendre cette pression constante. En fait, ce groupe est un peu comme le film Duel de Steven Spielberg. Un homme en voiture est poursuivi par un poids lourd constamment, sans raison aucune et le camion le rattrape toujours quand le héros se sent hors de danger.

Eh bien, c'est pareil avec le concert d'hier soir, au moment où l'on se sent un peu moins touché, le riff lourd et sale nous rattrape, la voix nous ensorcelle et l'énergie repart de plus belle. Des morceaux aussi forts que Cut Up Kids ou encore Requiem prennent tout leur sens en live !

Je recommande à tous les amoureux de doom lancinant de ne pas louper ce groupe, dès qu'ils passeront à côté de chez vous, à coup sûr un moment fort vous attend.

 

Setlist:

Intro
Dripping Low
No One Says Goodbye Like Me
Cut Up Kids
Requiem
The Saddest Call
Ain't Living Long Like That
Flashback
Dope Sick Love


Merci à Metalorgie d'avoir su transformer les petits plats en grosse soirée et de nous régaler encore les deux jours suivants pour fêter ensemble vos 15 ans !