Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Witchery

Don't fear the reaper

LabelCentury Media
styleThrash/black metal
formatAlbum
paysSuède
sortiefévrier 2006
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Il aura fallu cinq ans environ pour que notre quintet thrash suédois de Witchery refasse parler de lui en sortant ce cinquième album « Don't fear the reaper », produit par le grand Tue Madsen, qu’on ne présente plus. Alors, pourquoi une attente si longue ? La faute à un manque d’inspiration évident ou un malheureux split ? Point du tout, la seule raison est que trois des cinq membres de Witchery officient dans un grand groupe métal (Patrick Jensen -guitariste de THE HAUNTED-, Martin Axenrot -batteur de OPETH-, et Sharlee D’Angelo -bassiste d’ARCH ENEMY), d’où la difficulté notable que chacun soit libre en même temps pour refricoter ensemble sur Witchery, CQFD !

Le style de la pochette de ce « Don’t fear the reaper » nous renvois directement au moyen âge, temps des chevaliers et des sorcières. Au centre de celle-ci, on retrouve ce squelette un peu guerrier sur les bords, qui apparaît traditionnellement sur tout les artworks des opus de Witchery.
Pour ceux et celles qui seraient plus familier avec The Haunted, Opeth ou Arch Enemy qu’avec Witchery, je dirais que ce combo pratique un thrash metal relativement morderne, teinté de heavy. Le chant grognon de Toxine lorgne efficacement vers le black metal. Maintenant que les présentations sont faites, attardons nous sur ce nouvel album en question…
Le côté « guerrier » de la pochette est exprimé sur la chanson instrumentale d‘intro « Disturbing the Beast », à travers les coups de batterie martial de Martin Axenrot sur la première partie de l‘instrumental, ainsi que ce mix entre riffs entraînant/brutaux, puis mid-tempo par la suite. C’est ma foi un excellent avant goût de ce que Witchery nous concoctera pendant les quarante cinq minutes de ce CD. Trois morceaux plus speed et bourrin se détache du lot : « Plague Rider », « Cannonfodder », ainsi que la superbe reprise « Immortal Death » de Satanic Slaughter, ancien groupe de Toxine (la création de Witchery découle de Satanic Slaughter d'ailleurs), sur laquelle Martin Axenrot blast comme un aliéné (il faut dire qu’avoir été batteur chez les génials deatheux de bloodbath plaide rapidement en sa faveur).

Mais n’allez pas croire que ce sont ces morceaux plus rentre dedans qui sont forcément les plus attractifs. Ils sont efficaces, difficile d’affirmer le contraire, mais les chansons plus mid-tempo du skeud (« Draw Blood », « The Ritual », « Ashes », « Styx ») sont tout aussi pesant, et confèrent une atmosphère macabre pleinement aboutie, me faisant penser un peu à celles du black et du dark metal. Ajoutez à cela les morceaux instrumentaux (« The Wait of the Pyramids » et « War Piece ») qui ne souffrent absolument pas de l’absence du chant de Toxine, ainsi que les soli heavy assez old school de « Crossfixation », « Damned in Hell », « Draw Blood » ou sur l’instrumental « The Wait of the Pyramids » amenant également leur pierres à l’édifice.

Personnellement, « Ashes » est le titre que je vous conseille en priorité, grâce à ses nappes de claviers, à son ambiance malsaine m’ayant cloué sur place, ainsi que son excellente montée en puissance du morceau -j‘adore les riffs au milieu de celle-ci- (je n’oublie pas les chœurs… je me suis imaginé que ce sont des zombies tout droit tirés des films de Roméro qui les realisaient ^^). Frissons garantis !

A noter enfin que les lyrics de l’album, composés de courtes histoires d’horreur, se marient bien avec l’ambiance général proposé par Witchery.


Witchery nous revient donc avec un cinquième album à la fois sombre et agressif, varié et plaisant. Ce CD s’écoute admirablement bien, et plaira nul doute autant à l’ancienne génération de thrasheux qu’à la nouvelle. On a la net impression que les zikos du combo se sont éclatés à le composer (un peu comme une récréation avant de réintegrer leur autres groupes), et le résultat en a découlé naturellement, grâce au talent conjugué de ces illustres noms du métal. Pas l’album de l’année dans sa catégorie, mais à écouter sans réfléchir. Ce Witchery a du Mercyful Fate dans les tripes.

1. Disturbing the Beast
2. Stigmatized
3. Draw Blood
4. The Ritual
5. Ashes
6. Plague Rider
7. Damned in Hell
8. Crossfixation
9. The Wait of the Pyramids
10. Immortal Death
11. Styx
12. War Piece
13. Cannonfodder