Chronique Retour

Album

14/03/16 - Balin

Nécropole

Nécropole

LabelRésilience / Northern Heritage Records
styleBlack Metal
formatCompilaption
paysFrance
sortiefévrier 2016
La note de
Balin
8/10


Balin

Matthieu, 24 ans, basé à Nantes. Ancien membre d'U-Zine et de Spirit of Metal. Vous me retrouverez pour les chroniques et live reports de divers styles musicaux.

Je dois l’avouer, le Black Metal dans sa forme originale, la plus pure et la plus classique, ne me fait pas rêver ces derniers temps, la faute à un surplus énorme de formations vraiment basiques (dans le mauvais sens du terme), de productions inaudibles à la limite du ridicule et de recettes vraiment trop usées. Ce qui me pousse la plupart du temps à revenir à mes classiques. Cependant il arrive quelques surprises de temps en temps, et Nécropole en est assurément une.

Trio francilien fondé en 2013 à Rouen, Nécropole accouche rapidement d’une première démo l’année suivante intitulée Atavisme… via leur petit label confidentiel nommé Résilience (également responsable des méfaits de Caverne avec qui le groupe partage le seul membre en commun). C’est dans le secret le plus total que le combo remet ça en 2015 avec une seconde démo, Ostara, qui voit le jour encore une fois sur Résilience et bénéficie d’un tirage en tape très limité. C’est ainsi que, pour propager plus massivement la bonne parole, Nécropole décide de joindre ses forces en 2016 à celles de Northern Heritage Records (Mgla, Clandestine Blaze…), label finlandais dirigé par le stakhanoviste Mikko Aspa (Clandestine Blaze, Deathspell Omega, Stabat Mater et environ un millier d’autres projets). Le premier résultat de cette union est la présente compilation sortie en fin février dernier regroupant les deux démos désormais sold-out en format CD.

Le regroupement de ces deux démos en un seul objet est une initiative on ne peut plus logique, car outre l’intérêt de pouvoir les trouver à nouveau sur le marché, ces deux démos auraient très bien pu sortir ensemble sur un full-lenght. Certes, je considère Ostara un cran meilleur qu’Atavisme…, principalement grâce à des mélodies encore plus riches, peut-être parce que les compositions ont sans doute été plus longtemps travaillées au préalable ou car les musiciens se connaissaient depuis plus longtemps et avaient mieux identifié ce qu’ils voulaient faire de ce groupe, mais la recette est sensiblement la même.

Le tempo et la pression ne redescendent que rarement, hormis lors de quelques moments sur Souveraineté du Maudit ou Trahison Fratricide. Nous ne sommes d'ailleurs pas loin de la démarche musicale de Forteresse avec des leads et un rythme qui avoine quasiment sans cesse. La grande majorité des compositions du groupe consiste en effet en des trémolos épiques et poignants d’Amertume qui raviront tous les fans de Seigneur Voland, Horna, Baptism, Sargeist et toute cette scène (Perdition de l’Atavisme Cristallin, Immanence). A noter également quelques leads ici ou là avec en particulier le lead final du titre éponyme, absolument magnifique. Brume blaste quasiment sans cesse et s’autorise tantôt des parties de double bien senties, tantôt des rythmiques très punk, ce qui apporte un sursaut de dynamisme et de puissance à des compositions déjà très efficaces. Car Nécropole ne se veut pas être un groupe qui innove et qui fait varier ses compositions, le style ne s’y prête d’ailleurs pas vraiment. Non, la force du groupe réside dans sa capacité à faire voyager l’auditeur avec des riffs puissants et riches, pouvant se répéter longuement sans lasser, mais plutôt transcender.

Comme le laisse indiquer le nom de la formation et les titres des morceaux, Déchéance chante en français, signe d’appartenance à l’héritage laissé par les grands noms du Black Metal français de la fin des années 90/début des années 2000, à savoir Seigneur Voland, Kristallnacht et j’en passe. Car oui, l’influence de la scène actuelle finlandaise sur Nécropole est indéniable, mais il faut savoir que tous ces groupes nordiques se sont avant ça inspirés de la scène française, véritable pionnière de ce type de riffing, mélodique et poignant, nostalgique et déchirant. Précisons enfin que Nécropole ne cache pas une certaine idéologie affirmée que l’on retrouve dans certains textes de façon très explicite (Le Ver Immonde, Trahison Fratricide, Nécropole), ce qui nous renvoie encore une fois à l’héritage de la scène toulonnaise de la fin des années 90. A chacun de se positionner par rapport à cela, j’ai personnellement fait mon choix en tant que simple amateur de musique car Nécropole demeure malgré cela une formation extrêmement prometteuse.

Vous l’aurez compris, Nécropole ne révolutionne pas l’art noir et ne se veut pas porteur de flambeau d’un renouveau du style mais simplement rendre hommage aux grands du genre et apporter une pierre de qualité à l’édifice du Black Metal dans sa forme authentique. Bénéficiant d’une production idéale, compréhensible et puissante tout en demeurant froide et sombre, cette compilation mérite assurément de finir sur les étagères de tous les amateurs des groupes cités plus haut. Si le groupe reste très discret et très rare sur scène (les premières représentations se feront en Finlande l’été prochain pour les intéressés), nous n’avons qu’à croiser les doigts pour avoir du neuf dans un futur proche.

Tracklist : 

Atavisme...

1. Le Ver Immonde
2. Perdition de l'Atavisme Cristallin  
3. Souveraineté du Maudit 

Ostara

4. Immanence   
5. Trahison Fratricide  
6. Nécropole