Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Burzum

Hvis Lyset Tar Oss

LabelMisanthropy Records
styleBlack Metal / Ambient
formatAlbum
paysNorvège
sortiejanvier 1993
La note de
U-Zine
5.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Troisième album de Burzum, troisième style musical ! En effet, alors que Det som engang var marquait déjà un gros changement par rapport au premier album, Hvis lyset tar oss présente à nouveau un style totalement différent.

La première chose que l’on remarque en voyant ce nouvel album, c’est qu’il n’est composé de que 4 pistes, allant de 8 à 14 minutes, des titres plutôt longs donc comparés aux 5 minutes de moyenne des deux précédents opus. Chaque titre présent dans cette œuvre est à mon avis une entité à part entière, car même si le genre est assez proche, chacun d’eux possède une propre identité.

Le premier, Det Som Engang Var (non, il ne s’agit pas du précédent album) est tout simplement un chef-d’œuvre. D’une durée de 14 minutes, celui-ci allie à la perfection des guitares à la fois entraînantes et atmosphériques à des claviers planants, et dont la simplicité est une force incroyable. Le morceau conserve une trame identique tout au long du morceau, servant de guide et sur laquelle viennent se greffer divers éléments variant sensiblement l’atmosphère, passant d’un mid-tempo aérien à un rythme plus rapide et accrocheur. Il est en réalité assez difficile de parler de cette œuvre (comme de tous les albums de Burzum à mon avis) aussi bien qu’elle le mérite, et l’on ne peut se rendre compte de la jouissance qu’apporte cette musique qu’en l’écoutant, ceci étant encore plus vrai que pour n’importe quel autre album. Le morceau vient s’achever sur un passage rapide absolument jouissif entraînant et accrocheur, si bien que l’on en viendra presque à regretter que Burzum officie majoritairement dans les rythmes lents.

Puis vient le morceau titre au rythme assez soutenu et dont les guitares jouent un rythme plutôt atmosphérique répète un si grand nombre de fois qu’il en devient énervant. Le chant plaintif de Varg vient bien sûr nous chatouiller les oreilles comme il nous y a déjà habitué par le passé, mais le morceau est tellement ennuyeux de par sa longueur et sa boite à rythme insupportable que même le chant ne parvient pas à nous arracher un sentiment. Alors que sa durée en fait quasiment le morceau le plus court, c’est pourtant celui qui me parait le plus long à écouter tant je suis pressé qu’il se termine. Il est alors suivi d’Inn I Slottet Fra Droemmen, dont l’ambiance est bien plus agréable une fois que l’on a passé les quatre premières minutes, celles-ci étant dans la continuité même du morceau précédent. Ces minutes laissent donc place à une ambiance dépressive formée de claviers et de guitares lancinantes surmontées d’un chant plaintif que l’on aime tant ! La boite à rythme refait alors son apparition, alternant rythme rapide et mid-tempo avec un dosage tout à fait bon pour que la répétitivité des frappes rapides soit supportable.
L’album vient alors s’achever sur Tomhet, morceau ambient uniquement composé de claviers, toujours avec cette production assez faible et grésillante présente depuis le début de l’opus, et bien que n’étant pas du tout amateur je lui reconnais une très belle ambiance, malheureusement gâchée à partir de la 8ème minute par d’insipides claviers imitant certainement des piaillements d’oiseaux et ne donnant qu’une envie, brûler le cd !

Vous l’aurez compris, si ce n’est pour son premier morceau et quelques minutes du troisième, je ne conseille pas du tout cet album, si ce n’est à des amateurs –entre autres- d’ambient. Ecoutez tout de même le premier titre qui vaut vraiment la peine, sinon, écoutez les autres albums !

1. Det som engang var
2. Hvis lyset tar oss
3. Inn i slottet fra droemmen
4. Tomhet

Les autres chroniques