Interviews Retour
dimanche 24 janvier 2016 - S.

Ragnard Rock Festival

Organisateurs

S.

Il y a un an, nous avions été parmi les premiers à croire en cet ambitieux projet qu’est le Ragnard Rock Festival, tout nouvel événement à consonance viking en terres rhônalpines. Nous nous étions entretenus pour en savoir davantage à ce sujet (voir interview de 2015).
Ce festival a donc eu lieu les 17, 18 et 19 juillet derniers (cf live-report J1, J2, J3) et une deuxième édition va se dérouler du 21 au 24 juillet prochain, c’est donc tout naturellement que nous revenons vers vous, démangés par de nombreuses questions !

 

/ La précédente édition /

 

S. : Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous présenter les « cadres dirigeants » du Ragnard Rock Festival et les rôles de chacun ?
RRF : Salut à toi Sylvain, et bonjour à toute l’équipe d’Horns Up ! Moi, c’est Andrea, je suis le président de l’association qui s’occupe d’organiser le festival, je suis également en charge de la programmation musicale du festival, en tandem avec Magali. Nous avons Franco, directeur du comité d’organisation ; Magali Grégaut, co-directrice de la programmation/coordinatrice logistique et Manuel Del Bas, responsable du pôle sécurité.
De plus, nous avons dans le comité directeur, Emeline, Mégane, Darya, Jean-Sébastien, Dylan, Thomas, Adrien. Ils ont chacun en charge la responsabilité d’un département.

S. : De nombreux spectateurs ont pu fournir leur avis sur la précédente édition, que ce soit à travers les live-reports, les forums ou les commentaires Facebook. Il serait intéressant de recueillir le sentiment des organisateurs eux-mêmes. Avec du recul, qu’avez-vous pensé de votre premier festival, les points positifs, les points négatifs ?
RRF : Les mots qui me viennent à l’esprit :
Etonnement : Jamais nous n’aurions pensé recevoir un accueil aussi massif du public. Réunir près de 10 000 personnes sur 3 jours entre festivaliers et visiteurs était inattendu.
Gratitude : pour les mêmes raisons.
Chance : avec tous les problèmes que nous avons dû affronter, il nous en fallait une bonne dose pour que l’on puisse aller au bout.
Persévérance : le projet Ragnard va bien au-delà d’un simple festival. Il est porteur de nos valeurs et de la passion que nous vouons à cette scène musicale. Il a fallu penser à cela bien souvent durant le RRF 2015.
Modestie : On a beaucoup à apprendre et nous sommes en perpétuelle remise en question sur la qualité du service que nous proposons à nos festivaliers. Notre première édition nous a donné matière à réfléchir sur comment nous améliorer.

 
Primordial / Wardruna, Ragnard Rock Festival 2015

S. : On a tous été confrontés aux couacs « visibles », comme la panne d’une scène à cause de la chaleur ou des chamboulements de la programmation, mais y a-t-il eu d’autres déconvenues dans les coulisses que vous pourriez nous confier ?
RRF : Il est vrai qu’en 2015, nous avons subi à peu près tout ce qui était imaginable et son contraire (chaleur, pluie, risque d’orage, vent), pour le coup, c’était vraiment le Ragnarök !
En toute sincérité, les couacs en internes ont finalement été relativement mineurs, grâce notamment à une équipe de bénévole, en sous-effectif certes, mais extrêmement motivée et impliquée dans ce qu’elle faisait.

S. : D’ailleurs vous avez quelques anecdotes croustillantes à nous raconter sur l’édition 2015 ?
RRF : …Satan !

S. : De nombreuses vidéos avaient été tournées par le staff RRF. Pourtant, six mois après, toujours rien de publié. A-t-on une chance de les voir un jour ?
RRF : C’est un des couacs de l’édition 2015. Nous avons effectivement pas mal de matériel vidéo qui est à notre disposition. Le problème étant que nous avons estimé que la qualité de ce matériel n’était pas à la hauteur de l’image que nous voulons véhiculer du RRF. C’est pour cette raison que nous avons mandaté une entreprise professionnelle pour notre prochaine édition. Il va falloir se contenter de ce que Youtube nous a proposé comme vidéo amateur.

S. : Quel a été le retour des groupes qui se sont produits ? Est-ce que certains, qui ont été satisfaits, ont pu favoriser la venue d’autres formations ? Je pense par exemple aux ukrainiens de Khors et Kroda via Nokturnal Mortum.
RRF : Les groupes ont tous été vraiment ravis de se produire chez nous, les retours ont été vraiment positifs, que ce soit pour le festival, comme pour le public.
Je pense également que les groupes ont apprécié l’ampleur inédite du RRF, et notre manière de les accueillir dans un évènement tel que le nôtre.
C’est d’ailleurs pour ça que des grosses pointures telles que Wardruna, nous ont donné leur confiance pour cette première édition.
Les formations n’étaient pas là uniquement pour se produire, mais on sentait qu’ils voulaient soutenir cet événement, et en faire partie intégrante. Ce n’était pas un festival où ils jouaient, c’est devenu « leur » festival.
En ce qui concerne la partie « Ukrainienne » de notre programmation, oui, c’est évident que la venue de Nokturnal Mortum a fortement joué sur la décision de Khors et Kroda de venir se produire à l’Ouest.


Nokturnal Mortum, Ragnard Rock Festival 2015

S. : Et quel a été le retour de la population locale ? Simandre-sur-Suran, petite commune du Revermont, n’est pourtant pas habituée à un tel événement !
RRF : On ne va pas se mentir, au début, les gens étaient assez effrayés par le projet. Ce qui est compréhensible. Cependant, la commune, malgré ça, nous a fait confiance, et a porté ce projet avec nous jusqu’au bout, preuve d’une ouverture d’esprit et d’une curiosité vraiment remarquable. A la fin du festival, tous les habitants de Simandre étaient vraiment heureux et fiers que cet événement se déroule chez eux. Nous avions invité tous les habitants du village à l’événement, et ils ont pu connaitre et découvrir cette culture musicale et historique qui nous anime, ce qui a beaucoup aidé à casser les préjugés que pouvaient avoir certains à l’encontre de notre communauté.

S. : Lors du discours de clôture de la première édition, vous aviez annoncé des groupes qui avaient déjà confirmé leur participation pour 2016, le secret a été bien gardé. Mais maintenant vous pouvez cracher le morceau, quels étaient ces groupes ?
RRF : Nous devions à la base faire produire Moonsorrow lors de l’édition 2015, malheureusement, un membre du groupe n’a pas pu trouver les congés nécessaires auprès de son travail en juillet. Heidevolk était également dès juin, partant pour l’aventure, ainsi que Cruachan, que nous aurions adoré faire jouer, mais qui nous ont contacté malheureusement trop tard, l’affiche était déjà complète.

 

/ L'édition 2016 /

 

S. : Le staff RRF et/ou son équipe technique a-t-il connu des remaniements par rapport à 2015 ?
RRF : Oui, nous avons reformé notre comité d’organisation. Un comité directeur de 4 personnes composé de Mag, Franco, Manu, ainsi que moi-même, a été élu. Nous avons également créé un comité exécutif en intégrant un représentant de la commune de Simandre s/Suran. Ce comité exécutif est composé d’environ une dizaine de personnes.

S. : Le festival s’est bâti une belle notoriété dès son premier volet. On imagine que vous avez dû recevoir beaucoup de sollicitations de groupes pour cette nouvelle édition. Combien de demandes avez-vous eu et quels ont été vos critères de sélection ?
RRF : A ce jour, à peu près 900 demandes ont étés reçues depuis la dernière édition. C’est pour cela d’ailleurs que nous sommes navrés de ne pouvoir répondre qu’aux groupes sélectionnés. Nous gardons évidemment toutes les demandes en archives, et elles sont minutieusement étudiées pour les éditions futures. Concernant les critères de sélection, ils sont très simples et se résument en trois mots : Qualité, intégrité, passion. Nous ne nous mettons aucune limite dans nos choix si ce n’est la concordance entre les thèmes abordés par le groupe et le concept du festival.

S. : Au final, combien de groupes se produiront en juillet prochain, pour combien de nationalités ?
RRF : Une quarantaine de groupes et plus de vingt nationalités.

S. : Si l’année dernière nous avions eu un certain éclectisme au niveau des styles de metal avec des groupes n’ayant rien à voir avec l’univers Viking (du Thrash, du Death, du Heavy et même une formation de Hardcore), cette affiche de 2016 se recentre sur le Black et le Pagan/Folk. Est-ce lié aux goûts personnels des organisateurs ou une volonté de cadrer le festival ?
RRF : Les deux. Le RRF est un festival créé par des passionnés, pour des passionnés. Nous sommes avant tout, des grands fans des formations que nous faisons produire, et je pense que cela se ressent dans notre programmation.
Comme je le disais plus haut, nous ne nous donnons aucune limite en terme de choix, pour autant que celui-ci cadre avec notre vision du festival. Il n’est donc pas impossible que si un jour, soyons fous, un groupe de grindcore traite son sujet à la manière « RRF », je ne vois aucune raison de nous en priver.  Il est aussi évident que lors de cette deuxième édition nous avons voulu donner la ligne directrice future du RRF.

 
Enslaved / God Seed, Ragnard Rock Festival 2015

S. : Presque la totalité des groupes a été annoncée. Quand prévoyez-vous de dévoiler le running-order ?
RRF : Au moment où nous répondons à cette interview il ne reste plus qu’à annoncer un groupe (et ça va faire du bruit) pour la partie festival. Il reste aussi quelques groupes pour notre nouvelle scène Heim. Compte tenu de cela, et surtout du changement de dates du RRF, le running order ne pourra pas être dévoilé avant encore quelques semaines.

S. : Vous avez l’ambition de mettre à l’honneur la culture d’un pays pour chacune des éditions que vous ferez. Pour cette année, il s’agit de l’Ukraine, dont les représentants sur scène seront Nokturnal Mortum, Khors et Kroda. Comment prévoyez-vous de réaliser cela ? Un espace dédié sur le site ? Dans votre communiqué de presse, vous avez dit travailler en étroite collaboration avec l’ambassade d’Ukraine. Racontez-nous pourquoi et en quoi consiste cette coopération ?
RRF : Nous allons créer un espace dédié dans le village viking pour une représentation de la culture ukrainienne. Des artistes seront présents, une taverne proposant des mets traditionnels ukrainiens sera à disposition des festivaliers. Une grosse exclusivité pour Horns Up, car pas encore annoncé officiellement, une troupe viking Varègue de Kiev sera présente au RRF, forte de 40 vikings et combattants. Nous avons mis sur pied une collaboration avec l’ambassade d’Ukraine car il s’agira de faire venir en France pas loin d’une centaine de personnes d’Ukraine entre musiciens, artisans, accompagnants et troupes. Hors les musiciens, tous vont voyager en bus pour nous rejoindre.

S. : Parlons un peu du site en lui-même. Si le festival aura toujours lieu à Simandre-sur-Suran, il se déroulera sur une autre partie de la commune. Pouvez-vous nous le présenter et nous dire comment celui-ci sera composé ?

RRF :


Terrain où se déroulera la prochaine édition du Ragnard Rock Festival, à Simandre-sur-Suran

Pour les plans, nous avons encore besoin de quelques semaines de validation en interne ; nous les fournirons probablement d’ici le mois prochain.

S. : L’année dernière, le village viking et les scènes étaient déconnectés, conduisant à un certain manque d’unité (peu de personnes avaient pu assister aux combats vikings notamment), comment allez-vous remédier à cela ?
RRF : Avec le nouveau terrain, nous donnons la possibilité aux fans de passer d’une zone à l’autre très rapidement et tout l’évent se tient sur un grand terrain unique. De plus, vu l’augmentation des activités du village, un running order de ces dernières sera cette année établi afin que tous les visiteurs puissent choisir comment programmer leur journée.

S. : Tout comme la précédente édition, sera-t-il possible de venir uniquement pour la partie village viking, avec un tarif spécial ?
RRF : Oui. Cette année par contre le prix du billet sera de 10€ en prévente et de 15€ sur place, la nouvelle scène Heim leur sera par contre accessible avec 3 concerts par jour.

S. : Qu’est-il prévu au niveau de la nourriture sur place ? Et d’une façon plus générale, quelles seront les commodités (points d’eau, douche, toilettes, etc) ?
RRF : Comme en 2015, nous aurons des Food Trucks dont des végétariens et vegan. La grande nouveauté c’est que le nouveau terrain a un accès à l’eau !!!!! Et ceci va porter une claire amélioration à toutes les installations sanitaires.

S. : Comment est née l’idée du warm-up ? Est-ce Nokturnal Mortum qui a tapé du pied pour revenir ?
RRF : Il y a un peu de cela… De plus ils nous préparent une grosse surprise que nous nous ferons l’honneur d’annoncer chez Horns Up d’ici mars 2016. Autrement, l’idée de faire comme un passage de relai entre deux éditions nous a paru intéressant et les fans semblent être conquis.

S. : Parlez-nous de la nouveauté, la scène Heim entièrement consacrée au Folk
RRF : Nous avons voulu donner une scène à ce mouvement musical important dans notre philosophie. De plus, cette scène, qui verra se produire 3 groupes par jour, sera aussi à disposition des troupes et autres artistes pour des démonstrations publiques. Elle sera le centre de notre village viking.


The Moon & The Nightspirit sera retour pour cette édition 2016

S. : Franchement, quel est votre secret pour faire venir des groupes aussi légendaires que rares, voire inédits en France (Graveland, Kroda, Khors, Tengger Cavalry…)
RRF : Nous sommes très beaux !
Nous sommes vaillants !
Nous sommes surtout fiers d’avoir lié des contacts très forts avec la scène de l’Est qui méritait à notre sens une reconnaissance de leur qualité artistique au-delà de toute autre considération politique.

S. : Vous tablez sur combien de festivaliers cette année ?
RRF : Si les préventes continuent à ce rythme nous pensons que le festival sera sold out. Nous tablons sur une augmentation progressive et maitrisée de l’événement. Nous voulons rester une manifestation à visage humain et familial. Nous allons cette année limiter la vente de pass festival (3 jours) à 3000.  Il ne faut pas oublier qu’en 2016 nous attendons beaucoup plus de monde au village viking avec l’apport de la scène Heim et le village ukrainien. Une jauge à 6 000 personnes par jour nous semble correcte (en 2015, 3 340 personnes était présentes chaque jour au RRF)

S. : Le festival prend un calibre international avec l’affiche proposée. Vous avez déjà écoulé bon nombre de préventes. Beaucoup de gens viennent de l’étranger (et notamment de loin) ? Quels pays par exemple ?
RRF : Effectivement nous avons déjà vendu des pass sur 5 continents et cela est juste fou, même nous on n’y croit pas. Actuellement nous sommes entre 15 et 20 % d’étrangers pour l’édition 2016, avec une grosse majorité de Suisses, Belges et Allemands.

 

/ L'après 2016 /


S. : Certes l’édition 2016 n’est pas encore passée, mais on se doute bien que le festival a vocation à se pérenniser. Y a-t-il des groupes qui ont déjà donné leur accord pour 2017 ?
RRF : Cette année nous avions beaucoup de groupes que nous aurions bien voulu intégrer dans la programmation mais que nous avons dû reporter en 2017 faute de place. De ce fait, nous avons effectivement déjà en tête la programmation future.

S. : Avez-vous pour ambition de concurrencer des grands festivals européens similaires comme le Kilkim Žaibu en Lituanie ou le Carpathian Alliance en Ukraine, même s’ils ne sont pas connotés viking/pagan ? Je ne parle pas du Hellfest, l’approche n’étant pas la même.
RRF : Non le RRF est plus international et le Kilkim et le Carpathian sont plutôt des festivals avec lesquels nous allons collaborer pour ensemble porter le Pagan / Black Metal en devant de la scène. De plus, nous estimons que le RRF a une identité propre et donc unique.

S. : Y a-t-il un ou plusieurs groupe(s) que vous rêveriez de faire jouer ? Soyez réalistes hein, beaucoup ont réclamé Drudkh par exemple mais les ukrainiens n’ont jamais eu l’intention de se produire en live. Mais les russes de Temnozor, par exemple, c’est envisageable ? Ou alors des formations moins orientées Pagan/Folk puisque vous ne vous interdisez pas d’autres style (Black, Death...)
RRF : Nous pensons avoir répondu un peu plus haut dans l’interview. Nous avons sincèrement la chance que chaque groupe que l’on rêvait d’avoir ait pu se produire au RRF et on est prêt à se battre pour que ceci perdure.

S. : A l’inverse, y a-t-il des groupes que vous ne ferez jamais jouer, et pourquoi ?
RRF : Nous ne ferons jamais jouer au RRF des groupes qui ne sont pas en phase avec nos goûts musicaux et nos valeurs morales.

 

/ L’événement du 14 mai 2016 /

S. : En marge du Ragnard Rock Festival, vous prévoyez un événement vraiment particulier le 14 mai 2016, puisqu’il se déroulera dans l’enceinte du monastère de Brou à Bourg-en-Bresse (01) ! Pouvez-vous nous en dire davantage à ce sujet ?
RRF : Cet évènement nous a été proposé par Pierre-Gilles Girault, Administrateur du Monastère. Nous avons évidemment de suite accepté, car le lieu ne pouvait que nous inspirer. Cette première date commune sera un peu une première, et nous espérons tous un succès qui sera amené à en proposer d’autres. Le thème choisi en commun avec la direction est le Raid Viking sur le Monastère Royal de Brou durant la quinzaine de festivités « Tombez les masques ».
Le parvis du Monastère ainsi que le premier et deuxième cloitre seront le décor de NOX INFERNA. Les Viking envahiront le parvis, le premier cloitre abritera un grand bar à Hydromel et des artisans, le deuxième cloitre sera dédié aux concerts. Il est prévu de faire produire trois groupes.
La soirée sera réellement exclusive non seulement par le cadre magnifique mais aussi pas la limitation des personnes que nous pourrons y accueillir. Une jauge maximum de 300 personnes sera acceptée.
Page de l’événement : https://www.facebook.com/events/809357575860109/

S. : Comme le veut la tradition, on vous laisse le mot de la fin !
RRF : FIN….
Mais surtout un grand merci à toute l’équipe Horns Up d’avoir cru en nous avant même notre première édition et d’avoir su nous accompagner professionnellement durant toute l’évolution de la communication du RRF.
Sachez que nous vous en sommes tous reconnaissants et que sommes très fiers d’être vos partenaires.
Avec ce qui se prépare en 2016 en marge du RRF…..vous n’allez pas être déçus !

Le Comité RRF 2016

 

Informations relatives à l'édition 2016

Lineup Ragnard Rock Festival 2016 (22/23/24 juillet) :

Amorphis (Progressive Metal - Finlande) / Moonsorrow (Viking Black Metal - Finlande) / Heidevolk (Folk/Viking Metal - Pays-Bas) / Rotting Christ (Extreme Metal - Grèce) / Graveland (Pagan/Black/Viking Metal - Pologne) / Nargaroth (Black Metal - Allemagne) / Monarque (Black Metal - Canada) / Skyforger (Pagan/Folk Black Metal - Lettonie) / Khors (Black Metal - Ukraine) / Kroda (Pagan/Folk Black Metal - Ukraine) / Månegarm (Viking/Folk/Black Metal - Suède) / Ereb Altor (Epic Viking/Doom Metal - Suède) / Cruachan (Celtic Folk / Black Metal - Irlande) / Aeternus (Black / Death Metal - Norvège) / King of Asgard (Melodic Death/Viking Metal - Suède) / Naer Mataron (Black Metal - Grèce) - Belenos (Pagan Black Metal - France) - Stille Volk (Medieval / Celtic Folk - France) - Skiltron (Power/Celtic Folk Metal - Argentine) - Tengger Cavalry (Folk Metal - Chine/USA) - Selvans (Folk/Black Metal - Italie) / Grai (Folk Metal - Russie) - Allobrogia (Pagan Black Metal - France) / Percival Schuttenbach (Folk Metal - Pologne) / Boisson Divine (Folk Metal - France) / Malepeste (Black Metal - France) / Griffon (Black Metal - France) / Azziard (Black/Death Metal - France) / Sangdragon (Symphonic Black/Death Metal) + groupes à venir.

Warm Up (21 juillet 2016) :
Nokturnal Mortum (Pagan/Folk Black Metal - Ukraine) / Himinbjorg (Pagan Black Metal - France) / Helroth (Pagan / Folk Metal - Pologne) / Faces of Deep Terror (Horror Metal - France)

Village viking (Heim Stage) :
The Moon and the Nightspirit (Hongrie) / Daemonia Nymphe (Grèce) / Celtibeerian (Espagne) / Percival (Pologne).
+ Un espace dédié à l'Ukraine

Toutes les informations sur la page Facebook  ICI.

 

© Crédit image de couverture : "Viking ship", oeuvre originale de David Seguin (modifiée pour les besoins de l'article - source : ici)