Chronique Retour

Album

30/12/15 - Balin

Harm Done

Abuse/Abused

LabelStraight and Alert Records
styleHardcore/powerviolence
formatAlbum
paysFrance
sortiefévrier 2016
La note de
Balin
8/10


Balin

Matthieu, 24 ans, basé à Nantes. Ancien membre d'U-Zine et de Spirit of Metal. Vous me retrouverez pour les chroniques et live reports de divers styles musicaux.

Si tu suis un peu ce qui se passe en France dans la scène Hardcore de ces dernières années ou si tu t’intéresses au petit monde du powerviolence, tu n’auras certainement pas manqué de remarquer qu’il est désormais possible d’établir une corrélation entre les deux, et ce n’était pas trop tôt. Harm Done, fondé fin 2013 par des membres de Raw Justice et de Regarde les Hommes Tomber à Nantes, en est la preuve. Le groupe pond rapidement un EP éponyme très prometteur en avril 2014 avant de partir fouler les planches de plusieurs pays européens (France, Allemagne, Belgique, Suède et j’en passe). Déjà fort d’une réputation bien solide dans le milieu (et pas que, t’en vois ici ou là des fans de « metal » (!!) qui se foutent sur la gueule héhé), le quatuor ne chôme pas, balance une promo tape en mai 2015 pour faire saliver les plus impatients tandis que le premier album est finalement annoncé pour février 2016. Ce dernier voit le jour en toute logique via Straight and Alert Records, label d’Alexxx, chanteur de la formation, et répond au petit nom d’Abuse/Abused.

Don't be like the rest 
Don't make us sink again 
Aim for your best, 
I won't ever sink again

Le premier constat est simple à établir : si t’as aimé Harm Done, tu adoreras Abuse/Abused. Pourquoi ? Un tas de choses ! Premièrement, la hargne est toujours aussi présente, que ce soit via les compositions ou les textes, Harm Done se réclame digne héritier d’Infest et consorts, et ça, ça fait plaisir. Les vocaux d’écorché vif d’Alexxx sont un des éléments primordiaux de l’entité du groupe, s’inscrivant dans la lignée des groupes actuels de powerviolence tout en conservant une diction totalement compréhensible et une hargne que ne vient affaiblir aucun effet. Au niveau des textes, Harm Done continue sa croisade contre l’actualité et une humanité de plus en plus détestable, marchant dans les pas des grands noms du genre, à commencer par Napalm Death et Infest. Politisé, le quatuor nantais l’est. Enervé, c’est un euphémisme.

Perpetually trying to figure out who I am 
Hiding behind a wall of stone 
I gave up on searching 
Since I understood 
I'll forever be trapped 
In that shelter made of stone

Petite différence notable avec les titres de l’EP, on trouve dans ce LP davantage de breaks et de mid tempos, un peu comme si Soul Search (comprendre du Hardcore avec des riffs à la Obituary/Entombed et un son de mammouth) avait beaucoup tourné chez nos amis nantais. Mais attention, ça bastonne quand même la plupart du temps. Avec un batteur au jeu aussi frénétique et à la frappe si puissante (Romain – Regarde Les Hommes Tomber), ce serait bête de se priver ! On sent d’ailleurs bien que les membres viennent d’univers musicaux très différents. C’est pour cela que les frontières entre le Metal et le Hardcore sont ici sauvagement piétinées à coups de blasts beats, d’un riffing lorgnant autant vers le hardcore, le grindcore et le powerviolence (la différence entre les deux derniers n’est jamais bien loin) et surtout par un son HM2 qui n’a décidément plus rien à prouver. C’est simple, vous prenez le son d’Entombed première période, vous lui ajoutez encore quelques burnes en plus, des larsens ici ou là et vous obtenez le son de gratte d’Harm Done. Alléchant sur le papier non ? Donc si on te suit, Abuse/Abused possède un son et une approche plus metal, mais des compos plus hardcore, ça fonctionne comme schéma ça ? Ouais en gros c’est ça.

Messed up head, broken heart 
What did I learn ?  
I can’t fool myself  
Doomed to repeat  
The same senseless choices  
Until everything 
Comes to an end

La production est à mon sens idéale pour le style : froide, sans concession et très sèche. La caisse claire claque comme il faut, les riffs dégueulent de partout et la voix est très présente, l’idéal pour un groupe du genre en studio. Par contre une chose est certaine, la musique d’Harm Done est taillée pour le live, assurément. Ainsi les mosh part d’Empire of Dust ou du titre éponyme, le mid tempo final de Twice Better Than Once ou encore le sing along sur Alone feront assurément partie des moments forts du futur set du groupe sur scène. Pour ma part le rendez-vous est déjà pris.

But no one even cares 
It seems like an endless struggle 
They're the future of mankind 
Denied, Ignored

Pour résumer, Abuse/Abused est certainement le cheval de Troie du powerviolence en France. Attaqué depuis quelques années de l’extérieur avec des soldats vaillants tel que Nails, Sex Prisoner, Weekend Nachos ou Heartless pour ne citer que l’avant-garde, il semblerait que l’officier Harm Done ait décidé d’ouvrir les portes du pays au mouvement. Si le 7’ Harm Done avait entamé la brèche, Abuse/Abused abat cette fois les murs. Et on accueille même cela à grande joie. 17 morceaux pour une petite vingtaine de minutes, bah ouais toutes les guerres ne sont pas interminables.

Dreaming of wearing blue 
It won't make you a man 
You had no goals 
'Cause this can't be one. 
White thrash, feeble-minded 
Dumbass, dead pig 
I can't stand authority but mine.

Tracklist :

1. A Perpetual Wait 
2. Sink Again 
3. Drifting Away 
4. Alone 
5. Empire of Dust 
6. Abuse/Abused 
7. XY Domination 
8. Twice Rather Than Once 
9. Two Worlds
10. Intro 
11. Wall of Stone
12. I Am the Mistake  
13. Crooked Friendship  
14. Big Mouth    
15. No Authority But Mine
16. Bitter End   
17. Blunder

Les autres chroniques

Album

sept. 2014 U-Zine

Harm Done

S/T