Chronique Retour

Album

09/12/14 - Rob

Misanthropic

Soulreaver

LabelXtreem Music
styleDeath Old School Atmospherique et Mélodique
formatAlbum
paysAllemagne
sortiejuillet 2003
La note de
Rob
7/10


Rob

C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes, comme on dit. Prenez l'exemple de Misanthropic, jeune groupe formé en 2000. Ils sont allemands, mais ne font point de Heavy ou de Thrash, que nenni !! Là on tape dans les vieux Centinex, la scène Dark suédoise, Immolation et Incantation, avec une pointe de mélodie et de passage doomy à écraser un pachyderme et quelques petites tendances early Amon Amarth. Après une démo en 2002, Misanthropic met en boite son premier cd en 2003. Et pour un premier vrai essai, on peux dire que oui, c'est réussi, mais ce n'est pas non plus l'excellence.

Premier point, la production. Le son est bon mais malheureusement, comme souvent, la basse est laissée à l'abandon et la caisse claire claque un peu trop, couvrant la guitare. Le niveau technique est bon mais pas exceptionnel. On note malheureusement quelques petits pains, quelques passages manquant de justesse par-ci, par là.

Au niveau composition, comme dit plus haut, on ressent les influences de Misanthropic, un peu trop même... Que ce soit avec Living You qui navigue entre Amon Amarth et le Black des nineties avec ses leads entêtantes, ou encore l'imposante Admission Free, oscillant entre scène Dark et old school US. On reste néanmoins en terrain connu. L'album est principalement mid-tempo, même si l'on retrouve du blast et quelques pattern thrashy (sur Into The Night notamment)

Mais il n'y a pas que du mauvais sur ce Soulreaver ! Même avec une personnalité peu profonde, une prod moyenne, un artwork moche et un manque relatif de justesse, Misanthropic a encore quelques cordes à son arc. Malgré le classicisme de l'album, il faut lui reconnaître un sacré sens du riff. Les mélodies sont simples mais tellement accrocheuses ! Et les soli sont dans la même mouvance: il y a ce coté propre à la scène européenne qui fait le petit plus. On peut même verser sa petite larme sur Zwischenspiel et sur les intros/ponts d'une majorité de morceaux, totalement acoustiques.
Le batteur, même s' il n'atteint pas le niveau d'excellence des groupes pré-cités, s'en sort aussi très bien. Le chant, pour finir, est quant à lui à mi chemin entre Ross Dolan d'Immolation et Johnny Hedlund d'Unleashed, parfois accompagné de petits shrieks pas désagréables qui brisent la monotonie.

Alors ce Misanthropic, ça vaut quoi ? Un prod bof mais perfectible à laquelle on s'accoutume assez vite en fin de compte. Des musiciens avec un bon niveau, malgré quelques petits détails. Le groupe est jeune, et on pourra leur reprocher d'avoir probablement voulu aller trop vite en sortant l'album un an après la démo. Mais justement, c'est cette jeunesse qui fait la force de ce disque. La même fougue qu'on retrouvait sur les premiers In Flames, ce sentiment d'urgence qui transpirait sur Left Hand Path d'Entombed. Et ça, je ne peux qu'apprécier.

01. Intro
02. Restless Life
03. Fly
04. Admission Free
05. The Play
06. Zwischenspiel
07. The Lie
08. Into the Night
09. Living You
10. Nervous Breakdown
11. Outro