Chronique Retour

Album

09/12/14 - Rob

Lvcifyre

Svn Eater

LabelDark Descent Records
styleBrutal Black/Death Occulte
formatAlbum
paysAngleterre
sortiejanvier 2014
La note de
Rob
9/10


Rob

Trois ans après son premier album The Calling Depths (une des perles de l'underground dont je vous parlerai un autre jour) Lvcifyre nous sort en ce début d'année Svn Eater. Entre une signature avec le label (rouge) Dark Descent et un nouveau line-up, on pouvait supposer des changements. Que nenni, Lvcifyre millésime 2014 reste sur la même longueur d'onde, à quelques détails près.

L'artwork de Timo Ketola ne pouvait mieux imager Svn Eater. Sombre et froid, Night Sea Sorcery, le premier titre est une introduction particulièrement longue (9mn 06), ambiante, avec quelques relents de doom. Tout n'est donc que tromperie? Heureusement non, car le morceau commence véritablement à 7mn 07, pour ensuite laisser place au second titre qui amène le vrai visage de l'album.

C'est la que le seul vrai changement s'opère. L'album se fait plus personnel, moins influencé par Centurian. Délaissant ainsi leur coté thrash primitif pour se tourner vers l'opacité du black metal dissonant de Deathspell Omega, tout en gardant ce coté rapide propre au death metal. En effet le tempo de l'album est élevé, tournant facilement aux alentours des 260 bpm, contribuant ainsi à donner un rythme infernal qui rapproche Lvcifyre de formations telles que AzarathBeyond Mortal Dreams ou Mitochondrion.

Les titres sont longs, mais variés. Contrairement à The Calling DepthsSvn Eater contient plus de mid tempo et down tempo. Judicieusement aidés par Mark Of The Devil, chanteur de Cultes Des Ghoules en guest sur les 4 premiers et le dernier morceau de l'album, ces changements ne sont pas étrangers à l'ambiance très noire et occulte qui règne sur l'album.

En dehors du premier titre et des quelques courts samples qui jalonnent l'album, les occasions de souffler se font rares. Seul Nekvomanteion permet de respirer un peu avec ses nombreux mid tempo et son solo, le seul vraiment bon de l'album. Et c'est probablement la l'unique défaut palpable de cet album: le manque malheureux de bons soli. Hormis le 6° titre, les rares envolées mélodiques restent anecdotiques et inutiles, ne contribuant que très peu à l'aura ténébreuse de l'album.

Malgré ce point de détail, Svn Eater est un monument de violence et de noirceur. Pas besoin de démonstration technique putassière ni de riffs 4 accords répétés sur fond d'arpèges pour réussir à produire une ambiance réellement angoissante. En ce début d'année, Lvcifyre réussit deux choses: marquer 2014 de sa présence et sortir l'album que Behemoth a toujours rêvé de faire.

1. Night Sea Sorcery
2. Chalice of Doom
3. Liber Lilith
4. The Sun Eater
5. In Fornication Waters
6. Nekuomanteion
7. The Fiery Spheres of the Seven
8. Fyre Made Flesh
9. The Sinister Calling