Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Ill Niño

One Nation Underground

LabelRoadrunner
styleNeo Metal
formatAlbum
paysUS
sortieseptembre 2005
La note de
U-Zine
5.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Septembre 2003, le 2ème album de Ill Niño ("Confession") sortait, et les fans de jadis nourrissaient beaucoup d’espoirs en celui-ci, après un premier album ("Revolution Revolucion") plutôt remuant et original pour du neo metal. Manque de prise de risque, Album trop mélodique, trop formaté, pauvre qualité musicale, autant de terme qui ont pu caractériser ce médiocre second opus.

Septembre 2005, les espoirs ne sont plus les même pour ce nouvel opus One Nation Underground, ou plutôt si, beaucoup n’étaient pas contre un retour aux sources du combo emmenait par le chanteur Cristian Machado, histoire que Ill Niño ne rime pas avec "Groupe d’un coup".

En matant la pochette du skeud ainsi que son titre assez évocateur concernant un "peuple de la rue" plutôt mal en point, je me dis que le groupe va prouvé qu’il a clôturé ses confessions miteuses, pour enfin nous proposer du gros son comme à leur début. Il me donne raison sur les deux premières chansons. « This is War » a beau l’air d’être la chanson single-né absolu, il n’empêche qu’elle repose sur des riffs relativement rapide et lourd pour du Ill Niño. Très acceptable.
Même si le second morceau « My Resurrection » fait relativement penser à du « sous Soulfly », notamment dans les vocales de Cristian, le punch dans le chant et la musique restent encore là…

« What You Desserve », le troisième titre nous ramène déjà à la triste réalité d’un combo qui cherche allégrement à faire de la musique ultra formaté pour la radio. En effet, ce morceau s’inspire entre autre de la chanson « How Can I Live » du précédent album, à savoir couplets criés de Cristian, alterné avec des refrains nul ultra mielleux et mélodique, me faisant apparaître des boutons sur tout le corps. Le même schéma musical se reproduit grosso modo sur « De La Vida » (refrain en espagnol très saoulant), et « La Liberacion Of Our Aweckening ». « Turns To Gray » sauve petitement les meubles avec Jamey Jasta (hurleur de Hatebreed) en featuring, qui apporte sur cette song une touche plus hardcore, laquelle Ill Niño aurait du s’inspiré beaucoup plus !

... vous connaissez les chansons néo mélodique "force 2" ? Ben c'est le cas de « All I Ask you », qui nous prouve que nos amis peuvent aller encore plus loin dans la médiocrité ambiante. Et ce n'est pas le break avec les percu’ de m'sieur Danny Couto en seconde partie de chanson qui la sauve.
Difficile d'y croire encore après sept chansons sur treize déjà. La seconde partie de l'album alors ? Du 100 % mélodique, plus un seul cri (même un émo-boy serait furieux, c‘est dire ;-D). De la musique latino et pop métal, rien de plus. @ la limite, les riffs latinos sur « In This Moment » et « My pleasant Torture » auront légèrement attiré mon attention. C'est sensuel, meuh bon c'est pas trop ce que je voulais écouté bande de vilains...

En ce qui concerne les lyrics, le groupe persiste à montrer leur pays natal, leur appartenance à la culture latine, en foutant comme d’hab’ des passages en espagnol. Ils osent même mélanger Anglais et Espagnol sur certains titres (« La Liberacion Of Our Aweckening » et « Corazon Of Mine »). Je vois pas l’utilité et l’originalité de la chose, enfin bon…

Ah oui sinon, y'a un vilain canard qui s'est perdu au milieu de toutes ses mélodies, et qui recherchent ses "coupains" (je parle bien sûr du dernier morceau « Violent Saint », un peu plus vénère comme les deux premières chansons, histoire de finir sur une note plus violente quoi, ahah).

Il est temps de faire les comptes : One Nation Underground n’est ni plus ni moins qu’une pâle copie de Confession. Pas d'améliorations notables, je dirais même que le groupe régresse encore (2/3 morceaux potables, ça reste bien quelconque...). Le départ du guitariste emblématique Marc Rizzo n’a toujours pas été compensé, et son remplaçant Ahrue Luster n’a apporté qu’un peu plus de mollesse léthargique aux sons de gratte. Reste les fans acharnés de neo metal (et rien d'autre) qui y trouveront éventuellement leur compte

("l'album le plus heavy de la discographie d'Ill Niño" qu'ils disaient... j'en ris encore :D)

01. This Is War
02. My Resurrection
03. What You Deserve
04. Turns To Gray
05. De La Vida
06. La Liberacion Of Our Aweckening
07. All I Ask For
08. Corazon Of Mine
09. Everything Beautiful
10. In This Moment
11. My Pleasant Torture
12. Barely Breathing
13. Violent Saint