Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Every Time I Die

Gutter Phenomenon

LabelFerret / Roadrunner Records
styleEmo Core'n'roll destructuré
formatAlbum
paysUSA
sortieaoût 2005
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Je ne sais pas pourquoi - sûrement à cause de leur look -, mais au seul nom d’Every Time I Die je m’attends à entendre de l’emocore on ne peut plus classique. Pourtant depuis la sortie de leur précédent opus, Hot Damn !, le quatuor m’a séduit et je suis plus que prévenu que leur musique n’a quasiment rien à voir avec de l’emo ! En effet, ETID (ça fait plus intime) appartient plus à la veine des groupes de hardcore destructuré tels que Converge ou The Dillinger Escape Plan qu’à celle de groupes plus émotionnels comme Shai Hulud.

Sur Gutter Phenomenon, le groupe poursuit sur sa lancée avec un album légèrement plus mature où les compositions sont mieux maîtrisées et surtout mieux produites - sachant que c’est Machine (Lamb Of God) qui s’en est chargé, cela ne m’étonne guère -, rendant leur son à la fois plus lourd mais également un poil plus crade, ce qui colle parfaitement avec la musique chaotique que produit Every Time I Die. Néanmoins, on retrouve tous les éléments qui ont fait le succès des Américains sur Hot Damn! et Last Night In Town, c’est-à-dire des riffs barrés, des structures sans queue ni tête, un chant écorché, des breaks incessants et des rythmiques vitaminées à tendance rock’n’roll. Cependant, à l’égal de leur précédent opus, le groupe souffre des mêmes défauts qui rendent cet album en deçà des brûlots de Dillinger ou Converge soit un manque flagrant de fraîcheur. En effet, leur musique tourne trop en rond et on a un sentiment de linéarité qui se dégage de Gutter Phenomenon, même si le groupe a fortement progressé ! Preuve en est, le chant de Keith Buckley s’est largement amélioré rendant les plus nombreuses parties de chants clairs plus belles qu’auparavant. D’ailleurs, "étrangement", ce sont ces morceaux (Apocalypse Now And Then, Kill The Music ou Champagne At The Bit…) plus mélodiques qui ont été choisi comme tête de proue pour promouvoir leur nouvel album.

Every Time I Die ayant grandi et ayant pas mal tourné ces dernières années, le groupe s’est également fait pas mal d’amis comme l’attestent les collaborations de Gerard Way des (sur)médiatisés My Chemical Romance et Daryl Palumbo (Glassjaw) sur, respectivement, l’excellente - et premier single - Kill The Music et Champing At The Bit.

Enfin, il serait inadmissible de ne pas parler de leur superbe pochette mixant avec habileté animaux et musique, le tout relevé par une petite nuance de rose, sûrement la touche la plus emo de Gutter Phenomenon.

Ce nouvel album d’ETID est un véritable bijou pour les amateurs du genre uniquement, néanmoins, le côté plus accessible de leur musique par rapport aux albums précédents permettra au groupe de se faire de nouveaux adeptes… Et ils le méritent !

1. Apocalypse Now And Then
2. Kill The Music
3. Bored Stiff
4. Easy Tiger
5. Tusk And Temper
6. The New Black
7. Champing At The Bit
8. Gloom And How It Gets That Way
9. Guitared And Feathered
10. L'Astronaut
11. Pretty Dirty

Les autres chroniques