Chronique Retour

Album

26/08/15 - DarkMorue

Kronos

Arisen New Era

LabelUnique Leader
styleBrutal Death Metal
formatAlbum
paysFrance
sortiejuillet 2015
La note de
DarkMorue
7.5/10


DarkMorue

Un mec qui écrit des trucs.

Normalement, si on demande aux gens de citer un, et un seul, groupe de Brutal Death Français, la plupart du temps c'est nos chouchous de Kronos qui vont tomber. Notre énorme fer-de-lance de toujours, qui a totalement pété les années 2000 aux côtés de Benighted et Recueil Morbide, ayant sorti coup sur coup 3 albums exemplaires, finissant le tout sur un "The Hellenic Terror" de toute beauté qui met encore à terre bien du monde. Ultra technique, brutal, avec un feeling antique et une maîtrise totale de son sujet. On en venait à salement les regretter vu les nombreuses années de silence total qui ont suivi. Et quelques 8ans plus tard, c'est à dire à tout hasard maintenant, les revoilà. Ce "Arisen New Era" et sa pochette sublime qui vient jouer des coudes avec Sulphur Aeon a finalement débarqué après des dates dans tous les sens et un teasing insoutenable. Et une chose est désormais évidente : notre petit chouchou de notre terroir est devenu un grand. Dans le sens où on voit que le groupe a atteint la majorité absolue, y compris aux US, du haut de ses 21ans. Avec tout ce que ça implique.

On a bien évidemment eu quelques remaniements. Un nouveau batteur (qui a tourné avec Gorod donc pas d'inquiétude) ainsi qu'un nouveau frontman. Au revoir notre Kristof chéri, place au growleur de Diluvian. Mais surtout, le point le plus important qu'on ne perd de vue à aucun moment de l'écoute : une signature chez rien de moins que Unique Leader Records, label qui nous a fourni le meilleur du Death Technique et Brutal il y a quelques années et a pataugé un bon moment dans une merde Deathcore infecte il y a peu. Et c'est pas compliqué, dans ses mélodies, sa production et son exécution, "Arisen New Era" pue le Unique Leader à plein nez. Le spectre du leader de Deeds of Flesh plane. Et la question est donc : est-ce un problème ? Eh bien, oui et non. Parce que, on le dit tout de suite, Kronos a perdu en personnalité. Les ambiances se font discrètes, le souffle épique s'est un peu résorbé, le son de l'album est puissant certes mais lisse et certains morceaux sonnent bien peu inspirés (la moitié des riffs de "Purity Slaughtered" est bateau à en pioncer, alors que l'autre moitié est somptueuse en matière de Death Technique mélodique et aérien, gneh). Mais après bah... On peut quand même pas trop faire la fine bouche, parce que ça atomise comme il faut.

La France a troqué un groupe surpuissant à la personnalité bien affirmée contre un représentant parfait et racé des genres en vogue. Donc on fait pas chier, ça éclate toujours la tronche. Un déluge de blasts et de muscles comme on en voit partout mais rarement aussi bien fait. Le début de l'album est une pure merveille, entre l'énorme baffe dans la gueule "Infernal Abyss Sovereignty" qui colle au mur pour sa débauche de violence gratuite immédiate, ou "Zeus Dethroned" qui en impose salement dans le créneau du Brutal épique et efficace, l'un des meilleurs titres que l'album pour moi aux côtés de "Brotherlord" qui s'impose comme LE morceau plus mid-tempo épique de l'album. Je mets en revanche plus de réserves sur le supposé single "Klymenos Underwrath", qui déploie des riffs titanesques et leads hypnotisantes mais finit par tourner en rond en se répétant à l'infini. Enfin voilà, on sait à quoi on a affaire. Pour dire également un mot sur le nouveau vocaliste, il a le coffre qu'il faut et sait gérer une scène, même si on est en dessous de la surpuissance absolue de son prédécesseur.

Et voilà en fait le gros défaut de "Arisen New Era". L'album de 2007 était tellement ultime, tellement jouissif, et est toujours à l'heure actuelle tellement dans le panthéon du Metal Extrême de France, qu'il est impossible de ne pas comparer. Et là, faites le test, coupez cette cuvée 2015 en plein milieu de la lecture et foutez "Bringers of Disorder". Le constat fait mal. On a une régression légère sur quasi tous les niveaux, entre prod assourdissante coupant net les élans émotionnels de mélodies qui font plaisir mais ne transcendent pas plus que ça, et baisse d'inspiration globale voyante compensée par un bourrinage constant. Mais... Mais c'est tellement bien fait qu'on ne peut juste pas être trop méchants. Parce que, si déception il y a, elle reste bien relative tant on reste dans un haut du panier et que c'est un simple rétrogradage de "meilleur de son créneau" à "mouaif, c'est juste excellent, quelle bande de feignasses". C'est méchant, injuste mais je sais très bien que vous voyez ce que je veux dire.

Donc, le constat est positif. On est heureux d'avoir retrouvé un de nos petits chéris, plutôt en forme et prompt à tout casser, écumer les scènes, et coller la calotte de leurs morts à tout le monde en défendant un nouvel album taillé pour le live et passant plus que bien l'épreuve scénique. Et d'un autre côté, on râle quand même un peu histoire de jamais être content. C'est là que le taff d'un chroniqueur devient ingrat, parce qu'à être obligé de pas se cantonner à un simple "bah ouais c'est cool" on en vient à chercher la petite bête et mériter des claques tellement on snobe un tel travail de titan. Alors retenez juste ça : bah ouais c'est un des moins bons albums de Kronos, mais qu'est ce qu'on s'en branle vu la patée qu'ils nous mettent. Écoutez-le, allez les voir, et servez vous en pour fermer leur gueule aux vieux cons qui pensent encore que OLOL EN FRANSSE YA QE GOJIRA OUIN OUIN. Merci.

Tracklist :

1 – Infernal Abyss Sovereignty
2 – Zeus Dethroned
3 – Soul-Voracious Vultures
4 – Rapture in Misery
5 – Klymenos Underwrath
6 – Aeons Titan Crown
7 – Brotherlords
8 – Purity Slaughtered
9 - Hellysium

Les autres chroniques