Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Dew-Scented

Issue VI

LabelNuclear Blast
styleBrutal thrash
formatAlbum
paysAllemagne
sortiejuin 2005
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Si les allemands de Dew-Scented n’étaient guère connu avant la sortie de l’album Impact, la donne est actuellement à l’autre extrême. En effet, même si Inwards avait reçu un bon accueil, la popularité du groupe a totalement explosé grâce à l’Impact qu'a eu cet album. J’en veux pour preuve le nombre de fois que je les ai vu en live ; ce combo est celui que j'ai le plus vu en un an et demi, c’est à dire trois fois (…pour l’instant !). Donc gros album, grosse tournée, et voilà comment une formation devient l’un des leaders de la scène thrash européenne… Cette galette est donc un passage délicat car une erreur en pleine ascension pourrait être fatale. Mais comme Dew-Scented n’a pas l’habitude de décevoir, on ne se fait pas trop de soucis de ce côté là. On a fort raison d’ailleurs !

Mais dès que commence le premier titre de cet opus, "Processing Life", on a de quoi se poser des questions. Je m’explique : après une intro calme, on enchaîne sur une explosion de brutalité, digne d’un champ de bataille entre barbares germaniques ; mais dans cette brutalité, le son qu’émettent les cymbales est une réelle torture, du fait de leurs sonorités trop aigu et « perce-tympans ». Mais heureusement pour nous, ce n’est qu’une frayeur de début de parcours et le groupe ne tarde pas à nous remettre dans le droit chemin.
Cette remise sur les rails est majoritairement dû aux riffs dans la pure tradition thrash, monstrueusement efficace plus les uns que les autres. En effet, pas besoin d’avoir fait des études supérieures en thrash pour savoir que les deux guitaristes ont eu leur enfance bercée par Slayer ; ainsi ils nous pondent donc des soli tout bonnement excellents, digne des grands du style tel que sur "Out Of The Self". Et même si les guitares sont aiguisées pour faire du dégât, quelques petits riffs de Dew-Scented suffisent pour donner une petite érection (pardon mesdames !). Au final, je ne crois pas avoir entendu sur cet album, un seul riff qui ne me plaît pas. Certains démentiront la chose du fait que ces teutons n'ont rien d’original, ce qui entièrement vrai ; mais c’est tellement bon, qu’original ou pas, on s’en fout.
Au niveau de la batterie, Uwe Werning se rattrape amplement sur le reste de l’opus après un début d’album assez douteux. Son utilisation de la double s’insère à merveille dans l’ensemble des compos, et ce dernier possède une touche « punchy » que j’apprécie beaucoup. Par contre, du côté du chanteur, mise à part quelques modulations de volume, il garde une voix presque similaire du début à la fin ! Un défaut ? Peut être… Néanmoins, on ne perd pas d’intensité de ce point de vue là.
Le groupe nous propose comme toujours des titres très rapides ("Processing Life", "Turn To Ash", "Never To Return" ) mais aussi d’autre au tempo plus lent comme "Rituals Of Time" ou "The Prison Of Reason", et cette mise en première vitesse est aussi la bienvenue. Mais attention, quand je parle de lenteur, il faut prendre en considération le facteur Dew-Scented ! La production sur le reste de l’album est bonne malgré ses débuts hasardeux, mais reste tout de même moins imposante que sur Impact.
L’ensemble de l’opus s’assimile très vite car une ou deux écoutes suffisent pour l’avoir bien en main ; c’est d’ailleurs le premier CD où j’adhère aussi vite. Cependant D-S a tendance à avoir un son toujours un peu semblable d’un morceau à un autre, mais c’est si bon, que l'on peut pas leur en vouloir… Pour clôturer la galette, le titre "Evil Dead" avec sa pauvre minute de durée et ses allures punk, rompt avec toute la direction prise par l’album. On ne comprend pas trop ce que cette chanson vient faire ici ? Peut être pour nous prouver qu’ils peuvent innover ? Mais pas de chance pour eux, c’est pas terriblement réussi…

On peut avoir deux jugements de cet album, tout dépend l’école. En effet, le groupe choquera peut être les fans de thrash old school ( qui trouveront rien de bien intéressant et d’original là-dedans ), mais les fans de la nouvelle école du thrash (dont je fais parti), prendront leur pied en affirmant que le groupe a respecté le but du thrash ; allez droit dans les gencives !

Dans tous les cas, Dew-Scented n’a pas changé sa façon de faire du gros son. Leur thrash lorgne même parfois avec du death grâce à un chant très agressif et l’inclusion de quelques blasts dans la mixture. Dew-Scented serait-il le renouveau du thrash allemand et Kreator ou Sodom auraient-ils trouvé leur digne successeur ? Encore une fois, cet avis est trop personnel pour le dévelloper… Au bout du compte, ils n’ont pas inventé la poudre, mais c’est peut être pas plus mal comme ça. Pour conclure, je vous suggère que chacun prennent son agenda ; un rendez-vous « bain de sang dans le pit » est pris pour le prochain passage des Teutons dans nos contrées…

1. Processing Life (4:09)
2. Rituals Of Time (5:06)
3. Turn To Ash (3:05)
4. Ruins Of Hope (4:10)
5. Out Of The Self (3:41)
6. The Prison Of Reason (4:45)
7. Bled Dry (3:55)
8. In Defeat (3:50)
9. Never To Return (4:20)
10. Vortex (4:14)
11. Conceptual End (3:17)
12. Evil Dead (1:01)