Chronique Retour

Album

02/07/15 - Dolorès

Hadit

Introspective Contemplation of the Microcosmus

LabelCaligari Records
styleBlack/Death Metal
formatAlbum
paysItalie
sortiejuin 2015
La note de
Dolorès
8/10


Dolorès

Non.

Mais, quelle perle ce label ! Caligari Records, la porte ouverte sur un nombre infini de petites curiosités, du Metal Extrême mais pas que, et plein de petites touches obscures, occultes et ésotériques par ci et par là. Pas étonnant de trouver dans leur catalogue la nouvelle sortie du duo italien en provenance de Varese, encore tout jeune après une première démo en 2013.
Hadit, un nom par ailleurs devenu célèbre grâce à sa présence dans l'ouvrage d'Aleister Crowley, The Book Of Law, est la version thélémique du dieu égyptien Horus.Le nouvel EP des Italiens n'est pas pour autant pro-satanisme ni complètement dirigé vers la mythologie égyptienne, mais en utilise certains codes, lorgnant plutôt du côté des questions plus générales de l'espace et de l'existence, ainsi que de Lovecraft. En rassemblant toutes ces inspirations, on reste tout de même dans un groupe de Black/Death occulte assumé, qui joue énormément sur cette facette.

Ce qui frappe rapidement, c'est le son très moderne qui se dégage de "Introspective Contemplation of the Microcosmus". Le groupe n'hésite pas à surfer sur la vague Black/Death occulte qui fonctionne plutôt à fond en ce moment, tout en ayant quelques particularités. Je parle du son, de modernité et de tendance car la première écoute m'a immédiatement rappelé deux autres formations : Bölzer et Mefitic. Bölzer pour le son grinçant des guitares lead, pour les constructions qui suivent le même type de complexité, à coups de contre-temps, de dissonances et de boucles entêtantes. Difficile de ne pas céder à la comparaison à l'écoute de "Thirteen Plans Of Nonexistence... Awaiting Kadath", entre autres. Mefitic, pourquoi Mefitic ? Eh bien, entre le style pratiqué, les atmosphères similaires, la provenance identique, la sortie d'un album de leur part à la même période, difficile de ne pas imaginer que les petits gars ont dû se cotoyer et se refiler des tuyaux, ou on appelle ça une énorme coïncidence.

A cela, ajoutons le côté tank tout à fait destructeur. De cet EP, on retient indéniablement des riffs massifs, un son écrasant, une résonnance angoissante, où viennent seulement trancher les vocaux incantatoires d'outre-tombe. Il ne faut cependant pas être allergique à la reverb à outrance sur le chant. Néanmoins il reste très plaisant, jouant avec cette résonnance et parfois le contraste avec des guitares plus stridentes et rythmées. S'il est facile de démontrer qu'on puise son influence dans l'imaginaire de Lovecraft avec une voix et une ambiance aussi sombres, ces éléments me rappellent également ce qui se fait chez Doombringer, en encore plus pesant.

Cet EP, loin de révolutionner le genre, se réapproprie parfaitement ce qui s'est fait autour et avant lui, sans finalement craindre trop de perdre en originalité ou en efficacité. Pour une fois, on ne peut d'ailleurs pas dire que c'est "simple et efficace", car le son semble le résultat d'une recherche précise et les compositions sont loin d'être communes et accessibles. Hadit affirme, dès son premier EP, une volonté de proposer un ensemble pro, et c'est ce qui leur donne déjà une bonne crédibilité. A cela s'ajoute que les atmosphères créées sont tout à fait réussies, on entre réellement dans cet univers nocturne et tourmenté, aux échos ésotériques. Si la production rend l'EP extrêmement massif, on est pas non plus dans la violence et l'excès, et ces quatre titres trouvent un bon équilibre pour réussir à garder l'intérêt de l'auditeur, sans tourner en rond et réussir à proposer une aura spéciale. C'est tout ce travail de précision qui transmet une réelle avancée, si on compare avec la précédente démo. Les riffs étaient bien là, l'efficacité de mise, mais légèrement plus bas du front, et où il leur manquait une petite touche personnelle qui fait qu'on se rappelle d'Hadit au milieu d'autres groupes.

Finalement, les amateurs du genre devraient être ravis, on a là un premier aperçu de ce que les Italiens ont dans le ventre avec un concentré sur quelques vingt-quatre minutes d'une petite curiosité tout à fait bien dosée. Espérons un futur album complet du duo italien pour pouvoir confirmer ces premières impressions entièrement positives.

1. Occult Whispers Declare the Impending Apocalypse
2. Interlude Meditation After the Desolation
3. Reborn in New Flesh and Supremacy
4. Thirteen Plans of Nonexistence...Awaiting Kadath