Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Soilwork

Stabbing The Drama

LabelNuclear Blast
styleNeo Death Mélodique
formatAlbum
paysSuède
sortiefévrier 2005
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

A peine un an après la sortie de Figure Number Five, les Suédois de Soilwork remettent le couvert avec un nouvel album qui se démarque de son prédécesseur par son côté plus accessible. Cependant, rassurez-vous tout de suite, comme pour chaque nouvel opus, même si l’album marque une certaine rupture avec le précédent, Stabbing The Drama sonne toujours 100 % Soilwork !

En effet, on est loin de l’époque de Natural Born Chaos où le quintet nous surprenait par la construction de ses compos. D’ailleurs, ce sentiment ne tarde pas à poindre le bout de son nez, car, dès le morceau titre Stabbing The Drama, les gros clichés, comme l’enchaînement break puis soli, font surface !
Certes, le groupe nous délivre avec ce nouvel album, des riffs des plus efficaces et quelques soli (moins que d’ordinaire) renforcés par la batterie monumentale, orchestrée par notre Dirk Verbeuren national ! Le batteur de Scarve arrive à insuffler une dynamique nouvelle au groupe à l’aide de sa force de frappe si typique, de ses rares blasts (hélas) et de son jeu de cymbales si parfaitement maîtrisé (One With The Flies)… Quant à Speed, il a fait de nombreux progrès en un an, alternant un chant plus thrash que d’habitude avec des lignes de chants clairs prépondérantes. Car, je me répète, là est la nouveauté de ce CD. En effet, Björn ne fait plus dans la demi-mesure avec l’intégration de parties mélodiques à outrance et, à l’égal de groupes comme In Flames, le quintet prend une direction bien plus easy-listening que ses prédécesseurs.
Autres nouveautés, la très difficile perception des claviers, ce qui est plutôt dommage vu la qualité de Sven, mais cette discrétion laisse place aux talents de Dirk et aux riffs rentre-dedans ; ainsi que l’apparition d’effets vocaux made byDaniel Bergstrand, le nouveau producteur des Suèdois qui n’est pas étranger à la production ultra-clean de ce nouvel effort.
Cependant, ce côté moins obscur de STD donne un style plus groovy aux Suédois, qui certes déçoit au premier abord, mais après quelques écoutes rend l’album des plus entraînants. En effet, quelle fut ma frustration lors de ma première écoute, tendant l’oreille désespérément pour essayer de retrouver les influences At The Gates du groupe… Mais étrangement, un mois après, cet album a repris sa digne place dans ma play-list du moment pour ne plus la quitter !

Vous l’aurez compris, exceptés quelques titres qui n’ont pas leur place sur ce 11 titres, comme Fate In Motion, Soilwork a su se renouveler et trouver de nouvelles sources d’inspiration pour nous concocter un album certes plus facile d’approche (les mauvaises langues utiliseront les termes "neo" ou "markété" ) mais encore une fois très accrocheur à l’égal de la pochette eye-catchy de ce Stabbing The Drama dessinée par Mircea de Mnemic !

1. Stabbing The Drama
2. One With The Flies
3. Weapon Of Vanity
4. The Crestfallen
5. Nerve
6. Stalemate
7. Distance
8. Observation Slave
9. Fate In Motion
10. Blind Eye Halo
11. If Possible

Les autres chroniques

Album

juin 2010 U-Zine

Soilwork

The Panic Broadcast

Album

août 2015 DarkMorue

Soilwork

The Ride Majestic

Album

janv. 2019 Storyteller

Soilwork

Verkligheten