Chronique Retour

Album

01/06/15 - DarkMorue

Ossuaire

Le Troubadour necrophagéophile

LabelNihilistic Holocaust
styleDeath Metal
formatDémo
paysFrance
sortieavril 2015
La note de
DarkMorue
7/10


DarkMorue

Un mec qui écrit des trucs.

Hop, aujourd'hui on va faire du déterrage de compétition. Dans le genre produit du terroir bien cryptique dont personne aurait entendu parler sans un petit coup de pouce. Une obscure démo sortie il y a dix ans dans les fins fonds du 4-7, d'un groupe n'ayant par la suite publié qu'un unique full-length en 2010, bien hardcore à trouver comme il faut. Et donc, cette démo de 2005 avec un nom à coucher mémé dans les orties avec l'eau du bain a finalement été exhumée par le brigadier Français de Nihilistic Holocaust, à qui on doit pas mal de petites sorties de groupes grandissants, rééditant en cassette le machin (alors que la sortie de 2005 s'était faite en CD, mais extrêmement limitée). Bref, on va voir de quoi il retourne comme d'habitude, mais pas mal de choses mettent la puce à l'oreille quand à ce qu'on va pouvoir trouver là dessus.

Déjà, ce titre. "Le Troubadour Nécrophageophile". Bon d'accord ça ne veut rien dire, ou à la rigueur ça lance la saga d'un légendaire ménestrel ayant pour vocation de violer les ennemis de Morsay. Mais, tout ça pose une ambiance médiévale dans le sens hanté par la Peste Noire. Pas le groupe non. Et on voit aussi qu'en 2011 nos frenchy ont participé à un split en compagnie de rien de moins que Darkenhöld, Aorlhac et Ysengrin, donc là, voilà, on sait où on met les pieds : du bon gros Black Metal à tendance médiévale, un peu ritualiste mais sachant surtout arracher la gueule. Yep. Mais en fait non, perdu. Parce qu'Ossuaire donne simplement dans un gros Death Metal à malfaisant et malsain, comme un Incantation mais vu de l'autre côté de l'Inquisition, toujours ennemi de Dieu mais cette fois du côté de la plèbe bouffée par la gangrène plutôt que les démons. Parce que si tout est efficace, une aura assez maladive se dégage de la musique, ce qui plonge dans une ambiance étrange changeant un peu. Surtout grâce à cette intro kitsch à souhait, forcément croustillante pour les amateurs du genre.

Un peu hein. Parce que bon, on va pas non plus se leurrer, c'est pas la démo du siècle. Maaaaais quelque chose s'en dégage et malgré le fait que les compositions soient au final assez basiques et passe-partout, le tout est ultra bien branlé et prometteur. On retient d'ailleurs surtout les deux derniers titres, "Necrofistum Prima Nocte" pour sa brutalité frénétique et "Trolla Infectum Phallus" pour ses riffs bien plus travaillés que tout le reste. Le son fait démo mais est tout sauf dégueulasse. Enfin si mais dans le bon sens du terme. On manque de cohésion et le mix semble bourré de trous mais si le tout sonne amateur, on capte et on a un minimum de puissance. Genre, roots. Donc un bon point. Et ça met bien en valeur un chant à moitié barré, guttural et dégueulasse mais se cassant dans tous les sens et affichant une nouvelle ligne étrange toutes les trente secondes. Bref, Ossuaire sait ce qu'il fait, et tartine avec une fougue juvénile un Death Metal putride et occulte qui hésite pas à y aller du blast (le titre éponyme et son milliard de cassures) et du traditionnel morceau plus mid-tempo tralala (ici "Le Fléau", vite rattrapé par la furie en piste 4). Bref, tour du proprio, rien d'étrange à signaler, juste un bon condensé de ce qu'est une petite œuvre honnête de Death Metal, avec son ambiance et sa thématique à elle, mais qui transcende rien non plus.

Donc voilà. Un joli produit rance du terroir. Un petit truc exhumé à l'odeur de cadavre infecté dont on se satisfait de la compagnie viciée pendant un gros quart d'heure, puis qu'on range avant de rebalancer quelques fois. Ossuaire est un représentant parfait d'un pan du Death Metal fangeux, intègre et sombre, dont on pourrait entendre parler s'ils faisaient un minimum d'efforts de communication car potentiel il y a autant dans les riffs que le concept que le chant. Donc s'ils n'ont pas disparu et nous préparent quelque chose, on peut s'attendre à voir un gros bloc Old School ressurgir et faire du bruit. Aller les mecs, on croit en vous...

Tracklist :

1 – L'Éveil des Morts (intro)
2 – Le Troubadour Necrophagéophile
3 – Le Fléau
4 – Necrofistum Prima Nocte
5 – Trolla Infectum Phallus

https://nihilisticholocaustrecs.bandcamp.com/