Live reports Retour
lundi 16 mars 2015 - Schifeul

The Great Old Ones + Letters Written On Dead Leaves + sunstare

Le Midland - Lille

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Dur choix qui s'offre aux Lillois ce lundi 16 mars, car deux excellents groupes s'y produisent dans deux salles différentes : Vader à l'Aeronef et The Great Old Ones au Midland. Du coup jusqu'à la veille je ne savais pas vraiment auquel j'allai assister... Bah oui, Lille, c'est pas Paris, on est pas habitués à avoir des concerts jusqu'à pas savoir quoi en foutre ! Du coup, quand on en a deux en même temps, on se retrouve un peu perdu ! Mais bon, Tibi et Ini a beau être un très bon album, Tekeli-li est une des tueries de 2014 et c'est donc vers le Midland que je me dirige.

Concert particulier pour SunStare qui ouvre la soirée. En effet le groupe a reçu les copies de son premier album Under the Eye of Utu le matin même, du coup le concert de ce soir fait figure de release party ! Pour l'occasion on aura même droit à un featuring de Olivier Haese, ancien chanteur de The March. Officiant dans un doom sludge convainquant, SunStare va faire se hocher les premières têtes, même si, groupe ouvrant oblige, on est pas encore 100% dans l’ambiance et quelques titres peuvent paraître redondants. Le chant est intense et le riff lourd, la prestation donnée ce soir donne clairement envie d'allez se jeter sur leur premier album. A suivre .

Letters Written On Dead Leaves commence son concert avec un léger retard dû à des problèmes techniques. Une première pour le groupe comme le raconte son chanteur « on pense être à l’abri jusqu'à ce que ça nous tombe dessus sans prévenir » ce à quoi un jeune comique s'exclama : « comme le SIDA » déclenchant ainsi rires gras et grandes claques dans le dos. Bon pour être honnête, la musique proposé par LWODL n'est pas ma came, car si quelques riffs ne m’ont clairement pas laissé indifférent, j'ai trouvé que le taux de chant clair était bien trop élevé... Mais qu'importe, les Boulonnais ont l'air de recevoir un accueil positif du reste de l'audience, tant mieux pour eux !

5 ème fois que je vois The Great Old Ones en concert dont trois fois en un an à Lille, avec la date de Regarde Les Hommes Tomberet celle de Behemoth. Sauf que cette fois, le groupe est en tête d'affiche, les Bordelais s'arrêtant à Lille juste avant d’aller défendre leur excellent dernier album, Tekeli-Li en Angleterre pour une tournée de 4 dates. Et il faut croire que cette sur-présence dans le coin ne lasse pas le public, bien au contraire ! Car le Midland est très correctement rempli, surtout quand on pense qu'on est un lundi et qu'en même temps, Vader est occupé à retourner l'Aeronef !

Les lumières s'éteignent et le sample narratif tiré de « Les Montagnes hallucinées » se fait entendre. Une fois l'intro achevée, le concert commence, avec malheureusement un petit problème de son, les deux chanteurs sont inaudibles ! Si pour Benjamin le problème est rapidement réglé, il faudra attendre un peu plus longtemps pour le cas de Jeff... Heureusement, la musique se suffit à elle-même et la puissance des compositions fait que ce départ ne gène pas plus que ça, juste quand les micros sont à nouveau opérationnels, l’intensité déjà pressente est multiplié par 10.

Hormis ce petit problème, le son est niquel, tout comme les lights, ce qui confère à la prestation du groupe l'atmosphère idéale pour son post-Black Lovecraftien. Pour appuyer le visuel, on retrouve bien entendu une fumée épaisse, absorbant de ses tentacules éthérées les pieds des musiciens, chacun au visage caché sous une sombre capuche. L'arrière de la scène arbore quant à elle un backdrop à l’effigie d'H.P. Lovecraft tandis que sur le devant de la scène, on retrouve, dressé sur son pied, une sculpture de métal représentant Cthulhu. Celle-ci est de temps à autre éclairée par l'arrière, la faisant baigner dans un halo de lumière surnaturel. Mine de rien, couplé à la musique lancinante et planante de The Great Old Ones, ça donne un des meilleurs effets visuel que j'ai pu voir en concert.

Enchaînant les titres de Tekeli-li avec quelques incursions sur Al Azif, les Bordelais vont écraser les Lillois sous le post black aux mélodies impies, les ambiances musicales se nouent aux deux entités vocales afin de mettre leur emprise sur le public En particulier avec des morceaux comme Awakening et ses parties de batteries tribales qui nous font rentrer en état de semi-transe. Concert sans faute pour The Great Old Ones qui réussit à remettre sur le cul les personnes les ayant découvert à Behemoth en leur envoyant un concert d'une autre dimension, qui n'est pas de ce monde.

Les retards pris à cause de problèmes techniques font que le concert est écourté du dernier morceau de la set-list , mais même sans ça le live fut magnifique, intense et le rendez-vous est déjà pris pour le Hellfest.