Live reports Retour
mercredi 9 avril 2014 - Schifeul

Regarde les Hommes Tomber + The Great Old Ones + Sunstare

Le Midland - Lille

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Après le concert monumental donné au biplan il y a 6 mois par Regarde Les Hommes Tomber, dire que l’annonce d’un nouveau concert du groupe sur Lille, dans le cadre d’une mini tournée avec The Great Old Ones passant par le Roadburn, me mit en joie serait un doux euphémisme !

On démarre les réjouissances avec SunStare, groupe Lillois formé courant 2013, donc forcément assez jeune mais qui me fit tout de même forte impression ce soir avec son sludge bien teinté d’influences Neurosiennes. Mais ce qui marque surtout c’est le son ! Celui-ci est net et puissant, permettant de distinguer parfaitement tous les instruments tout en leur apportant la lourdeur nécessaire aux styles pratiqués ce soir, ce qui augure l’excellence pour les formations suivantes ! Ha je les vois encore les inconscients qui y allaient de leur « Boarf le son au Midland est toujours naze » LOLNOPE ! Black Circle a fait le nécessaire à ce niveau et ça se sent !

Mais revenons à SunStare que beaucoup de monde à l’air de découvrir et qui a fait forte impression avec ses riffs pesants couplés à une rythmique et un chant propice à nous enfoncer la tête sous la boue ; sensation accentuée par la chaleur de la salle qui apporte moiteur et lourdeur sur le public qui commence à se faire bien nombreux ! En bref, premier groupe et une excellente découverte déjà, ça commence bien !



« The Great Old One, j’ai déjà vu, c’est sympa mais sans plus ». Ho putain ! J’ai dû manger un truc pas frais lorsque je les avais vu pour la première fois parce que ce soir ce fut une énorme claque ! Il faut dire que contrairement à la date de la rumeur, The Great Old Ones bénéfice ici de light sublimes, propice à l’immersion totale dans leur univers en emplissant la scène de tons froids unis ou en éclairant de façon vive les visages des deux vocalistes, donnant un effet d’intensité palpable à leur chants.

Mais les lights ne font pas tout et c’est bien la musique qui permet de s’abandonner leur ambiance lovecraftiennes, les musiciens alternant passages aux riffs planants et solos aériens, ou d’autres moments bien plus violents, soutenu par des passages en doubles grosses caisses rapides. La part belle est faite au dernier album Tekeli-Li à sortir ce mois-ci, chacun des longs titres composants l’album furent joués, excepté le morceau de conclusion de 17 minutes.


Je ne suis pas fou
Antarctica
The Elder Things
Jonas
Al Azif
Awakening
The Ascend
The Truth

 


C’est dans une véritable fournaise et devant un public subjugué et ayant du mal à redescendre sur terre suite à cette prestation hors norme que le groupe quitte la scène, mais tout cela n’est encore rien car c’est au tour de Regarde les Hommes Tomber de venir nous écraser avec leur sludge postblack apocalyptique (ou parpaingcore), alors que la seule question légitime était de savoir s’ ils allaient pouvoir faire aussi bien que leur précédente apparition dans la capitale des Flandres, et je vais tuer le suspens tout de suite : leur concert au biplan était dans mon top de 2013, celui au Midland sera dans mon top de 2014 .

« (..)C’est ça d’avoir de jolis artworks et un nom qui tapent à l’œil » Encore une fois, pour les personnes qui penseraient comme cet hurluberlu dont je tairais le nom pour sa crédibilité, en 40 minutes de concert, Regarde Les Hommes Tomber prouve que non, ce n’est pas un feu de paille qui profite d’une hype certaine pour se produire le plus possible, mais s’ il en est là, c’est bien grâce à des compositions implacables et des concerts d’une intensité rare. Les lumières minimalistes ne laissant qu’apercevoir les musiciens permettant une immersion totale, la fumée couplée aux stroboscopes à haute fréquence, nous imposant comme un écran blanc devant les yeux, faisant perdre tous nos repères et ne laissant comme accroche que la musique où nous ne pouvons que nous y abandonner totalement.

Comme au biplan, le concert se résume à leur unique album, joué dans l’ordre et en intégralité, mais au contraire, de cette date où Ulrich a passé le concert recroquevillé, dos au public, ici il nous fait bien face, crachant ses tripes et nous dévoilant toute l’intensité qu’il met dans son chant. Le concert se termine, et la salle sold out pour l’occasion, peut enfin sortir de cette ambiance apocalyptique, échapper à cette chaleur infernale pour essayer de retrouver ses esprits et un peu d’espoir suite à cet avant-gout de fin du monde.

 

Prelude
Wanderer of Eternity
Ov Flames, Flesh and Sins
Sweet Thoughts and Visions
Regarde les hommes tomber
A Thousand Years of Servitude
The Fall


Une Excellente découverte, deux concerts exceptionnels, un public venu en masse même en pleine semaine furent les ingrédients de ce concert parfait en tout point ! Les absents ont définitivement raté quelque chose d’exceptionnel.