Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Acid Witch

Stoned

LabelHell's Headbangers Records
styleDoom/Death psychédélique
formatAlbum
paysEtats-Unis
sortieoctobre 2010
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Vous vous souvenez des fendus du bocal d’Acid Witch qui avaient fait parlé d’eux en 2008 avec leur premier album intitulé Witchtanic Hellucinations ? Ah non ? Vous êtes sûrs qu’un groupe de doom/death s’inspirant des films d’horreur et raffolant de toutes sortes de substances illicites ne vous dit rien ? Pas même si j’ajoute qu’ils font comme une fixation sur les gobelins et autres sorcières délurées ?
Ce n’est pas grave, je vais tenter de vous rafraichir la mémoire. Acid Witch est un jeune groupe américain formé par Dave, Shagrat et Lasse Pyyko de doom/death à forte tendance psychédélique. Lasse quitte le groupe après la sortie du premier album Witchtanic Hallucinations sorti en 2008. Mais loin de se laisser abattre, les deux compères sortent l’année suivante un ep nommé Witch House, puis un autre en 2010 intitulé Midnight Mass. Tout cela conduit logiquement à un deuxième full length qui sort le 28 Octobre 2010 sous la houlette de Hell’s Headbangers Records, portant le doux nom de Stoned.

Alors qu’est-ce qu’on retrouve dans la marmite cette fois-ci ? Et bien la sorcière acide à utilisé à peu de choses près la même recette pour ce second album. Les vocaux caverneux et profondément grave sont toujours là (quoi qu’un peu plus compréhensibles cette fois), tout comme les guitares heavy et accrocheuses. On retrouve aussi tous ces mid tempos hypnotiques, ces plages instrumentales à l’orgue ou au piano créant une atmosphère aussi inquiétante que psychédélique.
L’album s’ouvre sur une introduction alternant passages d’orgue et paroles d’un homme apparemment saint d’esprit (chose assez rare dans cet album pour être souligné). Cependant elle fait vite place au premier vrai titre Witchfynder Finder qui est un concentré de tout ce qu’Acid Witch nous propose au sein de cette galette.

Les guitares sont tantôt mélodiques et heavy, tantôt lourdes et écrasantes, proposant un doom/death suffocant mais extrêmement groovy. Le chant d’outre tombe renforce cet aspect pesant et le contraste avec les lignes mélodiques et les solis de la six corde est de plus bel effet. L’orgue pourrait être presque considéré comme un instrument récurrent du groupe tellement il est présent (sur la moitié des titres). L’utilisation d’un tel instrument, au-delà du fait de renforcer l’originalité de la formation apporte une fraicheur plus que bienvenue au sein de cette atmosphère suffocante comme sur Trick or Treat ou sur l’énorme Live Forever. Ce morceau est d’ailleurs la meilleure preuve possible en ma possession pour appuyer le fait que les riffs sont au sein de cet album groovy et terriblement accrocheur.

Notons également If Hell Exists et son introduction acoustique qui laisse finalement place à un morceau bénéficiant d’un riff mémorable, riche en mélodie et basé sur un tempo relativement lourd. Stoned to the Grave mérite aussi quelques mots de ma part. En effet en plus d’être l’un des titres les plus dynamiques et les plus variés de l’album avec ces nombreux changements de rythme, ce dernier dispose d’un excellent solo, semblable à ceux que l’on retrouve déjà sur le premier opus de la bande. L’interlude Whispers in the Dark, très proche du thème de l’Exorciste, est l’occasion de se souvenir que le groupe est fortement inspiré par les films d’horreurs. Il faudrait aussi parler de Metal Movie Marijuana Massacre Meltdown, morceau aussi barré que le suggère son titre. L’album se clôt sur Sabbath of the Undead, un des morceaux faisant le plus écho à Witchtanic Hellucinations. En effet on y retrouve passages à l’orgue, rythmique lourde et écrasante et un riffing faisant étrangement penser aux premiers albums du grand Cathedral.

Globalement les morceaux présents sur Stoned auraient pu figurés sur Witchtanic Hellucinations. Cependant il faut préciser que le tempo est tout de même légèrement plus rapide. En effet les éléments doom sont toujours bien présents mais se font tout de même un peu plus discrets qu’auparavant.

Ainsi donc nos américains déjantés reviennent tourmentés nos âmes à grand renfort de riffs accrocheurs et écrasants, de sons plus psychés les uns que les autres, de substances illicites et d’atmosphères horrifiques. Stoned poursuit la ligne de conduite d’Acid Witch, c’est-à-dire proposer un doom/death original et particulièrement hypnotisant tout en possédant une bonne touche d’humour. Pour ceux qui ont aimés tout ce que la formation à déjà sorti, je ne saurais vous recommander de vous jeter dessus. Pour les autres passez votre chemin car mis à part quelques petits changements, la recette reste la même.

1. Satanic Faith
2. Witchfynder Finder
3. Trick or Treat
4. Thundering Hooves
5. Live Forever
6. Whispers in the Dark
7. If Hell Exists
8. Stoned to the Grave
9. Metal Movie Marijuana Massacre Meltdown
10. Sabbath of the Undead

Les autres chroniques

Album

oct. 2008 U-Zine

Acid Witch

Witchtanic Hellucinations

Album

avr. 2015 Dolorès

Acid Witch

Midnight Movies