Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Yossi Sassi

Melting Clocks

LabelVerycords
styleMetal Oriental
formatAlbum
paysIsraël
sortiemars 2012
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Pour les personnes vivant sur Mars – et encore même les martiens doivent connaître - Yossi Sassi Sa’aron est le guitariste (tout en jouant tout plein d’autres instruments traditionnels) du vénéré groupe d’Israel, Orphaned Land. Pas assez occupé avec son groupe principal qui, pourtant, a retrouvé un semblant d’activité depuis la sortie de The Neverending Way Of ORwarriOR et comme chaque guitariste un peu culte qui se respecte, le bel homme a voulu montrer qu’il pouvait voler de ses propres ailes en signant son premier album solo, Melting Clocks.

On pouvait s’attendre au contraire avec la présence de Marty Friedman (Megadeth) en invité de luxe, mais Melting Clocks n’est pas un album pour guitariste comme peuvent l’être les albums d’Yngwie Malsteem, John 5, Marc Rizzo et bien d’autres. Yossi Sassi n’est pas là pour impressionner la galerie mais bien pour sortir un album concept qui lui tient à cœur tout en s’affranchissant totalement de la marque Orphaned Land (aucun membre du groupe n’est présent sur l’album, même pas en tant qu’invité). De toute façon, le concept de la routine quotidienne et de la vie qu’on ne vit pas vraiment n’aurait jamais pu seoir à Orphaned Land. D’ailleurs, si vous voulez plus d’informations sur le concept, je vous conseille d’aller sur le site officiel de Yossi via cette page qui vous en dira bien plus que je ne saurais le faire.

Si l’on connaît un minimum Yossi Sassi, on se doute que Melting Clocks aura une consonance très orientale. En plus de chanter sur la majorité des morceaux (Sa voix est très proche de celle de Kobi Farhi sans en atteindre le niveau) et de jouer admirablement bien de SES guitares, on le retrouve à jouer du clavier, du Saz, du Oud, du Bouzouki et du Chumbush. Des instruments qu’on avait pour habitude d’entendre dans Orphaned Land mais pour autant, musicalement, il est impossible de reprocher à Yossi Sassi d’être trop proche de son autre groupe. Le ton y est plus léger, moins épiques. Moins Metal « Extrême » tout simplement bien que restant Heavy. Nous sommes plus dans une vision onirique qu’une épopée antique. Il n’y a bien que l’interlude « Sunset » ou l’instrumentale « The Routine » qui auraient pu finir sur Mabool. J’avais quelques réticences à ma première écoute de « Number’s World » quand le titre était apparu sur le net mais musicalement, cet album est plutôt excellent apportant son lot de chaleur et d’onirisme qui fait du bien surtout en cette période de beau temps (Quand j’écris ces lignes, les premières gouttes tombent. Putain de destin). C’est un vrai régal que d’écouter cet album dans la voiture les vitres ouvertes. Les oasis seraient presque à portée de mains si ce n’était pas de beaux mirages.

Au niveau du concept, le tout est bien conçu dans ses titres et paroles mais j’ai quand même plus de mal avec la musique. Est-ce qu’une musique aux sonorités orientales est la plus à même pour parler de la routine ? J’ai quelques doutes là-dessus. Je veux dire que si on n’avait pas les titres devant les yeux, on ne pourrait pas s’imaginer le concept. Par exemple, sur « The Calling : Rush Hour » qui dégage comme presque tous les morceaux de la chaleur, je me verrais bien plus dans un conte des Mille Et Une Nuit que dans un embouteillage pour se rendre au boulot. Il y a un décalage, à mon sens, entre le concept et la musique. Et ca me dérange pour bien apprécier Melting Clocks. Hormis l’horloge que l’on entend au début de « Drive » ou à la fin de « Number’s World » qui nous replonge dans le concept alors qu’on avait tendance à s’en aller dans un monde de mirages, de rêves, il n’y a que trois titres qui restent dans le concept :
« Melting Thoughts » magnifiquement chanté par Marina Maximilian Blumin sur laquelle on ressent toute la lassitude qu’éprouve le narrateur dans sa vie.
« Another Day In The Office » qui est l’expression de l’horreur que peut être une journée de travail.
« Melting Clocks » qui est simplement la version instrumentale de « Melting Thoughts » pour finir l’album en bouclant la boucle avec cette note de lassitude très bien vue.
Je ne sais pas si c’est seulement le fruit du hasard mais ce sont justement les titres les plus marquants de cet album Bizarrement, j’ai même remarqué ces titres bien avant d’avoir pris connaissance du concept.

Melting Clocks est donc un très bon premier album mais dont le concept n’est pas assez ancré musicalement pour pouvoir séduire comme sait si bien le faire un Orphaned Land dont Yossi Sassi voulait s’affranchir. Mais pour y arriver totalement, il fallait arriver, en plus de créer quelque chose de différent, à créer un album aussi bon que ce qu’il était arrivé à sortir avec Orphaned Land.

01. Drive
02. Fields Of Sunrise
03. The Calling: Rush Hour
04. Numbers World
05. Melting Thoughts
06. Another Day In The Office
07. Ain't Good Enough
08. The Routine
09. Sahara Afternoon
10. Sunset
11. Simple Things
12. Melting Clocks