Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Lifelover

Sjukdom

LabelProphecy Productions
styleBlack Metal/Depressive Rock
formatAlbum
paysSuède
sortiefévrier 2011
La note de
U-Zine
5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Avis important : Si vous aimez réellement aimé le dernier Lifelover, ne lisez surtout pas ce qui va suivre. Vous risqueriez de vouloir me casser la figure. Quoi que… Allez-y, j’aime l’action et la bagarre !

Je ne sais pas… Sincèrement je ne sais pas ce qu’ils ont voulu expérimenter dans cet album. Les musiciens ont surement voulu intégrer dans leur musique post-rock/dépressive des nouvelles ondes, différents genres de la scène metal jusqu’à oser plagier ! (Si si ! Mais on y reviendra.)

J’étais tellement ravie d’apprendre la sortie de ce nouvel opus, j’étais à deux doigts de me procurer la box avec le magnifique fil barbelé, la seringue et des photos pour le moins macabres. Mais heureusement que je n’ai rien fait. Vous connaissez le principe de l’ascenseur émotionnel ? Ça m’a fait la même chose quand j’ai écouté l’album avec en prime les gros yeux made in Nattevandring (Un jour vous aurez peut-être vous aussi la chance de les voir et vous en deviendrez dingues.)

Avec ses deux premiers albums Pulver et Erotik, ou devrais-je plutôt dire ses deux merveilleuses perles, Lifelover avait réussi à pointer du doigt le mal-être, la souffrance et l’autodestruction. Des sonorités pour le moins joyeuses avec des textes aux sujets sensibles hurlés par une voix écorchée, maladive. L’extase de la décadence. (Ah… Danser sur les quais de Seine la nuit sur « Välkommen Till Pulvercity » en tapant des mains…) La suite de leur discographie s’essouffle un peu et perd de sa puissance mais reste tout de même très bonne. Bref, ils avaient réussi à faire ce qu’aucun autre groupe n’a réussi. Ce groupe reste Unique. Oui c’est l’un des rares groupes à m’avoir accompagné depuis tant de temps et à m’avoir totalement retourné le cerveau.

Bref, Sjukdom est un album vraiment différent de ses prédecesseurs. C’est du pur réchauffé ou refroidi, rayez la mention inutile. C’est un album plat, sans absolument aucune surprise. On reprend la recette précédente pour la mettre du goût du jour en la modifiant. Alors que sur les deux premiers, voir trois premiers albums le clavier était présent pour nous transporter dans une ambiance totalement décalée, voici qu’ici il perd totalement de sa puissance et surtout de sa présence. Ce qui est une grosse perte et une grosse déception. On perd de l’intensité mais on gagne en violence. Au revoir le chant hurlé et malsain, bonjour la voix grave à la limite parfois d’un bon Death Metal. Il en est de même pour les riffs, eux qui nous tendaient vers du Shining nous poussent à présent aussi vers un son beaucoup plus lourd et extrême, notamment sur « Totus Anctus ». Tournant musical pour le groupe ? Pourtant le début de l’album ne laisse en rien présager cela. Du Lifelover pur, simple et dur. Mais plus on avance dans l’écoute de l’album plus on se rend compte que l’on est très loin de Pulver et qu’on se rapproche même de Slipknot… Et là je n’ai pas les mots. « Karma », le dernier morceau de l’album est l’apothéose du grand n’importe quoi, un gros what the fuck ? et de très très très gros GROS YEUX. Je suis morte à la fin de l’album (au sens figuré désolé pour vous). Le riff d’ouverture de « Karma » est un plagia total de « Pulse of the Maggot » de Slipknot. Et alors qu’on pensait que ça s’arrêterait simplement à un riff d’ouverture et bien non. Non seulement ils le reprennent plusieurs fois durant le morceau mais ils enchaînent aussi sur des riffs proches du Hardcore. Si ils jouent ce morceau en live, c’est sur et certain que je me mets à mosher. D’ailleurs « Horans Hora » aurait du me mettre la puce à l’oreille avec son passage Hardcore de mes deux là… Donc au final tout y passe dans l’album. Un morceau pourtant sort du lot et me donne l’impression d’être à peu près écoutable : « Bitterljuv Kakofoni ». Sombre, malsain, terriblement dérangeant, une marche vers la mort.

En fin de compte cet album m’énerve affreusement. On ne peut pas avoir d’avis objectif quand on a écouté, et je le répète pour la troisième fois surement, Pulver et Erotik. Il est à part et il dérange. Il aurait pu être tout à fait splendide si ça n’avait pas été du Lifelover. Mais là je dis non. Et conclurai simplement sur un : Pourquoi ? En attendant la suite avec impatience…

Edit : Le groupe ayant splitté, il n'y aura surement aucune suite...
R.I.P B.

1. Svart Galla
2. Led by Misfortune
3. Expandera
4. Homicidal Tendencies
5. Resignation
6. Doften Av Tomhet
7. Totus Anctus
8. Horans Hora
9. Bitterljuv Kakofoni
10. Becksvart Frustration
11. Nedvaknande
12. Instrumental Asylum
13. Utdrag
14. Karma

Les autres chroniques

Album

févr. 2007 U-Zine

Lifelover

Erotik

Album

oct. 2008 U-Zine

Lifelover

Konkurs

Album

oct. 2009 U-Zine

Lifelover

Dekadens