Articles Retour

REVUE D'ACTU #42 : Converge, MetalEarth Festival, As I Lay Dying, Ethereal Shroud...

dimanche 3 octobre 2021
Team Horns Up

Compte groupé de la Team Horns Up, pour les écrits en commun.

Nouvelle édition de la revue d'actu, nouveau progamme éclectique : du black metal avec Ethereal Shroud et Der Weg Einer Freheit, du on-ne-sait-pas-vraiment-quoi avec la collaboration Converge/Chelsea Wolfe, du metalcore/deathcore avec As I Lay Dying et Whitechapel, du stoner français avec Stone From the Sky, un peu de heavy avec Volbeat et même l'annonce d'un nouveau festival engagé. Bonne lecture et bonne écoute !

Ethereal Shroud

Dolorès : Projet plutôt discret, ce one-man band britannique m'avait retournée en 2015. Je me souviens avoir écouté en boucle They Became the Falling Ash, qui ne payait pourtant pas de mine avec son artwork typiquement black atmosphérique à tendance glaciale, épique et mélancolique. Un groupe parmi d'autres ? Pourtant, à chaque post facebook de Joe Hawker, l'attente grandissait.

A paraître le 10 décembre, Trisagion lui a donné l'occasion de s'entourer de plein de guests pour donner vie à cet album qui est en cours d'écriture depuis 15 ans ! « Discarnate », le deuxième morceau qui vient d'être dévoilé, lui donne raison d'avoir tant attendu : le résultat est flamboyant. Un chant déchirant, des vagues épiques, de l'orgue. Le tout habillé d'un superbe artwork signé Phil Lang.

 

As I Lay Dying

Michaël : Les Américains de As I Lay Dying ont lâché un nouveau titre cette semaine, intitulé Roots Below, que vous pouvez découvrir ci-dessous. Il s'agit d'un titre enregistré lors de la session studio de l'album Shaped By Fire mais que le groupe avait laissé de côté, l'estimant insuffisamment peaufiné. Voilà qui est chose faite, au même titre d'ailleurs que d'autres chansons qui se retrouveront sur une version deluxe de l'album. Quelques gemmes de plus à découvrir sur cette période particulièrement productive et qualitative de la carrière d'AILD. A noter que la version deluxe, qui sortira chez Nuclear Blast, comprendra également des titres lives, plusieurs remix et des versions instrumentales.

Une activité qui va cependant nécessairement être impactée par le départ de groupe de Nick Hipa, ces dernières semaines. Lui qui avait vertement critiqué - à raison - Tim Lambesis par le passé, ne semble plus vouloir faire partie du groupe en dépit de tous les efforts faits pour tenter de réhabiliter le groupe et ce dernier (notamment via la longue vidéo surproduite diffusée par le groupe sur Youtube). Et on ne peut pas vraiment le blâmer. Bon nombre de fans du groupe sont dans la même situation.

 

MetalEarth Festival

Dolorès : Il se veut « festival metal écologique », « engagé et enragé », c'est le nouveau festival qui prendra place à Brest le weekend des 8 & 9 avril 2022 ! On soutient bien évidemment cette belle initiative qui permettra de voir d'excellents groupes – sont déjà annoncés : Darkenhöld, Primal Age, Les Chants de Nihil, Death Decline – et de sensibiliser ou responsabiliser au passage. Chaque soirée aura une thématique, le tout en présence de 2 associations de protection de l'environnement : Bretagne Vivante et Sea Sheperd Breizh. Suivez leur page Facebook pour vous tenir informé(e)s !

 

Converge x Chelsea Wolfe x Stenphen Brodsky x Ben Chisholm (!)

S.A.D.E : Jamais complètement où on l'attend, Converge a fait le 28 septembre dernier une annonce qui va en faire saliver plus d'un.e : un album collaboratif avec Chelsea Wolfe, Stephen Brodsky (Cave In, Mutoid Man) et Ben Chisholm. Intitulé Bloodmoon : I (il y en aura plusieurs ?!) l'album sortira le 19 novembre prochain chez Epitaph Records. Le premier extrait dévoilé donne à entendre une musique portée sur des tempos lents et une ambiance quelque peu attentiste (sur les parties chantées par Chelsea Wolfe) où explosent des passages agressifs. Le mariage de ces deux intentions donne un morceau extrêment varié et intense, tant du côté instrumental que du chant. Les hurlements de Bannon (soutenu sur la fin par Brodsky) répondent avec pertinence au chant lascif et clair de Wolfe, tout comme le sonorités abrasives des guitares saturées déchirent les arpèges confortables des passages calmes. Reste à voir si l'album sur la durée parvient à demeurer aussi émotionnellement varié sans tomber dans le collage, mais ce premier extrait donne déjà très envie d'en entendre plus.

 

Whitechapel

Michaël : Le 29 octobre prochain, les Américains de Whitechapel sortiront un nouvel album intitulé Kin, via Metal Blade Records. En guise de teaser, le groupe a mis en ligne la vidéo un peu gênante du titre A Bloodsoaked Symphony que vous pouvez découvrir ci-dessous. Un titre mid-tempo, particulièrement puissant, rempli d'émotions, qui laisse entrevoir de belles choses pour ce futur album.

 

Stone From the Sky

Raton : Une fois n'est pas coutume, je me glisse dans la revue d'actu pour parler d'autre chose que de hardcore en réinvestissant mes premiers amours metal avec un trio de stoner instrumental du Mans : Stone From the Sky. Nourris au fuzz et aux tricotis hypnotiques, les trois comparses évoquent avec clarté le faste de Colour Haze et de My Sleeping Karma. Toutefois, SFTS prend bien soin d'y saupoudrer des riffs costauds et rampants qui rappellent davantage Elder ou même parfois, sur quelques accès de fureur, le post-hardcore. Comme si ce n'était pas assez, le trio emprunte également au post-rock et aux crescendos immersifs à la We Lost the Sea.
Mais on pourrait se perdre au jeu des références, car Stone From the Sky est un groupe à l'identité marquée et aux compositions chiadées. Ils nous le prouvent à nouveau sur ce single, "City | Angst" qui conjugue toutes leurs meilleurs influences. Il s'agit du premier single tiré de leur prochain album, "Songs From the Deepwater", à paraître le 5 novembre prochain. J'ai déjà pu y poser une oreille et laissez-moi vous dire que le groupe a atteint un niveau d'aboutissement sonore qui force le respect et qui le place nettement au-dessus des innombrables seconds couteaux de la scène.

 

Volbeat

Michaël : En attendant de pouvoir se mettre le nouvel album des Danois de Volbeat sous la dent, lequel sera intitulé Servant of the Mind et sortira le 3 décembre prochain via Republic Records, le groupe vient de sortir une lyric vidéo pour le titre Shotgun Blues. Ce dernier semble clairement faire le pont entre les dernières envolées du groupe, dans le délire rockabilly qu'on leur connait, et quelques sorties plus anciennes avec un riff bien bien heavy pour amorcer la seconde partie du titre. Ce qui marque, en tout cas, c'est que les années passent mais que la patte sonore du groupe reste intacte. Bien évidemment que leur son et leurs compositions évoluent ; mais leur signature est toujours présente. Et quelle présence ! On a hâte de les voir en live et de découvrir cet album dans son intégralité.

 

Ghost

S.A.D.E : Vraisemblablement, ce nouveau titre proposé par Ghost n'annonce pas la sortie d'un album : en effet, Hunter's Moon, dévoilé cette semaine, figurera sur la B.O du douzième (!) film de la franchise Halloween, intitulé Halloween Kills, qui sortira le 20 octobre en France. Si l'aspect pop du dernier album marque une grosse partie du son de ce nouveau titre, Tobias Forge parvient quand même à faire sortir, le temps d'un pont, l'esprit Ghost si prenant du premier album, ce doom de sépulture en carton pâte si savoureux. Mais cet agréable regard dans le rétro ne doit pas eclipser le reste : lorsqu'il s'agit de pop léchée au refrain imparable et aux arrangements parfait, Ghost est devenu intouchable. C'est d'une efficacité et d'une simplicité diabolique, l'envie qui vous prendra de remettre le titre juste après la première écoute en est la meilleure preuve.

 

Hypocrisy

ZSK : Après huit ans d’attente, Hypocrisy ne veut décidemment plus perdre de temps. Un deuxième single de Worship nous est déjà proposé, et après un "Chemical Whore" plutôt lourd et mélodique, ce "Dead World" illustré par un clip à zomblards (ou à infectés, désolé aux puristes toussa) va bien trancher : c’est plutôt vitesse et agression ! Et malgré quelques riffs assez modernes dans l’esprit, c’est presque du Hypocrisy old-school ! Bon pas à la Penetralia ou Osculum Obscenum, mais on frôle par moments le côté bien gras du son suédois, bien que ça soit toujours du pur Hypocrisy. Avec un Peter Tägtrgen très volubile qui descend parfois bien dans les graves niveau growls, cela annonce un Worship très varié qui pourrait bien réussir habilement à faire un résumé de carrière. Pour son retour, on en attendait pas moins d’Hypocrisy. On se donne donc rendez-vous le 26 novembre pour le reste !

 

Ruin of Romantics

Circé : Vous avez peut être déjà vu passer le nom de Ruin of Romantics depuis le début de l'année, les Parisiens teasent depuis quelques mois déjà la sortie de leur premier album, Velvet Dawn, avec quelques titres dropés par-ci par-là, jusqu'à ce “Bleeding in the Fields” accompagné d'un clip. Compos goth jusqu'à la moelle brassant de la darkwave, on y retrouve aussi un côté lourd lancinant rappelant des influences metal côté doom. Sans surprise, on retrouve dans les rangs du groupe des visages déjà bien connus de la scène parisienne, que ce soit dans Hangman's Chair ou James Kent de Perturbator himself, qui a d'ailleurs créé son propre label sur lequel l'album du groupe sortira le 29 octobre prochain. Esthétique retro à base de filtres rose/violet, mélodies planantes et mélancoliques, le groupe parvient à trouver son propre son au delà des sphères musicales déjà bien saturées dans lesquelles ils évoluent.

 

Hippotraktor

Circé : Si vous suivez l'émission HU, vous m'avez déjà entendu parler de la médaille du nom de groupe de l'année, aka Hippotraktor. Puisqu'ils ont décidé de nous offrir un nouveau single depuis dimanche dernier, j'y reviens donc à l'écrit dans cette revue d'actu. “God Is in the Slumber” est sûrement le dernier extrait avant la sortie de l'album la semaine prochaine, et ne déçoit toujours pas. Toujours à mi-chemin entre Mastodon et The Ocean, les Belges misent cette fois ci tout sur la facette la plus tech/math de leur musique. Exit les interludes plus légers, le chant clair est toujours présent mais laisse la vedette aux vocaux hurlés, mais on a ici un morceau direct et sans concession que “Mover of Skies” sorti précédemment. Avec déjà un bon nombre d'extraits sortis, on peut en tout cas se faire une bonne petite idée de l'album, et ça s'annonce plutôt bien.