Articles Retour

REVUE D'ACTU #38 : Iron Maiden, Destinity, Wolves In The Throne Room,...

vendredi 16 juillet 2021
Team Horns Up

Compte groupé de la Team Horns Up, pour les écrits en commun.

Ca ne sera certainement pas l'article le plus long de cette rubrique, mais la quinzaine nous a quand même fait quelques jolies surprises. Aux deux extrêmes de l'échelle de la notoriété d'ailleurs : entamer une rubrique d'actualité sur Iron Maiden, c'est quand même pas tous les jours. Mais c'est finalement le petit festival belge de Méan qui nous fait le plus plaisir, avec une affiche très valable pour 2021, et surtout une annonce pour 2022... Il semblerait bien que la Belgique devienne une terre fertile en festivals, dans cet interlude estival entre deux vagues de coronavirus...

 

Iron Maiden 

Malice : Peut-on faire news plus énorme dans le monde du metal qu'un nouveau titre d'Iron Maiden ? Franchement, on ne voit pas, tant les Irons parlent à un public large, quasi-universel - quelle que soit votre porte d'entrée vers notre musique préférée, Maiden a probablement fait partie de votre paysage à un moment ou à un autre. Et si la popularité de Steve Harris et ses ouailles ne faiblit pas, c'est aussi parce que par rapport à d'autres légendes, Iron Maiden est resté au-dessus du lot en termes de qualité, surtout en live mais également sur album. Personnellement, je trouve Book of Souls entre deux et trois fois trop long, mais impossible de nier qu'il a été bien accueilli. 

Alors quand Maiden prend tout le monde par surprise et révèle "The Writing on the Wall", on se rue sur l'écoute, évidemment. D'emblée, un bottleneck surprenant nous plonge dans une ambiance post-apocalyptique, renforcée par le clip (très réussi et à découvrir ci-dessus) et qui rappelle dans l'esprit le poignant "When the Wild Wind Blows" sur The Final Frontier. Très vite, on est cependant plutôt dans un morceau bluesy, bondissant et dont la mélodie reste en tête au fil des écoutes, sans que ce soit un tube maidenien comme "Speed of Light" qui introduisait le dernier opus. Gros bémol cependant : cette voix de Bruce Dickinson qui, franchement, semble forcer pour offrir les envolées dont il est coutumier. Verdict : un morceau agréable, avec une teinte assez inédite pour du Iron Maiden, et meilleur que les morceaux de remplissage de Book of Souls. Reste à voir l'album complet, sur lequel aucune information n'a filtré...

[MAJ] Et juste après la publication de ces lignes, voilà que Iron Maiden dévoile au grand jour le visuel de ce fameux nouvel album, ainsi que la setlist pour faire bonne mesure ! Thème japonisant pour Eddie donc, même si un seul morceau de l'album semble y faire directement référence. On peut aussi noter une tendance à la longueur chez pas mal de piste. Et bien entendu, sur le web, tout le monde a déjà un avis très tranché sur ces quelques infos.

1. Senjutsu (Smith/Harris) 8:20

2. Stratego (Gers/Harris) 4:59

3. The Writing On The Wall (Smith/Dickinson) 6:13

4. Lost In A Lost World (Harris) 9:31

5. Days Of Future Past (Smith/Dickinson) 4:03

6. The Time Machine (Gers/Harris) 7:09

7. Darkest Hour (Smith/Dickinson) 7:20

8. Death Of The Celts (Harris) 10:20

9. The Parchment (Harris) 12:39

10. Hell On Earth (Harris) 11:19

Kehlvin

S.A.D.E : Depuis 2015 et la sortie de son split avec Fleshword, Kehlvin avait disparu des radars. Pourtant le combo suisse n'était pas mort et enterré puisque qu'en cet an de grâce 2021 un nouvel album verra le jour. Prévu chez Division Records pour le 24 septembre prochain, Holistic Dreams commence à ce dévoiler. Et à l'écoute de The Impossibility of Progress, on peut se dire que les Suisses n'ont pas perdu leur savoir-faire. Le riffing assez haché de leur postcore reste reconnaissable, leur propension à générer de la tension également. Mais il me semble que ce premier extrait est moins violent et dense que les dernières sorties du groupes, doté d'une production moins épaisse. Il faudra attendre la sortie de l'album pour avoir une idée plus précise du résultat sur la longeur, mais ce premier contact me semble fort prometteur.

 

Destinity

ZSK : Après "Reject the Deceit", In Continuum, le prochain album de Destinity se dévoile encore un peu plus. Un peu beaucoup plus vu que ce second single dépasse les six minutes, on aurait même pu croire qu’il s’agira du dernier morceau de l’album mais il sera placé en quatrième position, et est déjà à considérer comme un des momentums de ce prochain opus. On attendait déjà une confirmation, même si on pouvait s’en douter, mais ce 9ème album de Destinity se placera bel et bien sous la bannière d’un Mélodeath résolument nineties. Si on sent toujours quelques touches d’Hypocrisy ici et là, le groupe va bien nous livrer un album « old-school » à l’instar de certains de ses compatriotes. Et ça fait plaisir ! Sur ce "Shadows", on retrouve donc déjà de nombreuses mélodies, un chant plus traditionnel et toujours aussi efficace (toujours pas de chant clair pour le moment malgré un passage plus « récité »), et morceau à rallonge oblige, un travail sur les atmosphères qui amène même un côté assez épique ! Autant dire que c’est du pain béni pour tous les amateurs de Mélodeath qui sent les 90's, et que l’attente jusqu’à l’album complet prévu pour fin octobre sera longue !

Wolves In The Throne Room 

Malice : Le prochain album de Wolves In The Throne RoomPrimordial Arcana, est prévu pour le 20 août prochain via Relapse Records et Century Media et continue de se dévoiler avec un second extrait intitulé "Spirit of Lightning". Comme avec "Moutain Magick", le groupe américain offre un morceau bien plus court qu'à l'accoutumée : un peu plus de six minutes au compteur et une structure plutôt simple, avec des synthétiseurs quasi-Burzumesques sur la première partie et l'outro. La magie opère, les ambiances se mettent en place et on ne peut qu'attendre avec impatience ce nouveau WITTR, qui promet d'être un des moments forts de l'année en black metal. 

The Algorithm

ZSK : The Algorithm sortira bientôt un nouvel album qui succèdera à l’excellent Compiler Optimization Techniques, mais son teasing sera un peu particulier. En effet, le projet de Rémi Gallego dévoilera progressivement les singles en tant que sorties propres. Après "Interrupt Handler" fin mai, voici le deuxième jet avec "Segmentation Fault". Si le premier single ne m’avait pas enthousiasmé plus que de raison, celui-ci remet une belle pièce dans la machine. On retrouve ce qui fait le charme du très particulier et efficace Electro-Metal de The Algorithm, avec ici une belle progression pour un single finalement saisissant. Le départ se fait sous le joug d’une Electro épique et rétro-futuriste, avant que des beats plus durs assombrissent le tableau, et que les riffs ne finissent d’achever le morceau pour le rendre définitivement immédiat et accrocheur. Tout ce qui faisait le sel de Brute Force et Compiler Optimization Techniques est là, condensé en quatre minutes et demie, et ça fonctionne toujours aussi bien. Pour son retour sur FiXT, et sans se révolutionner, The Algorithm semble en forme. Il ne reste plus qu’à attendre la suite, et comme toujours d’approuver par notre plus beau Oui.

Metal Méan 2021 ... et 2022 

Malice : C'est la bonne nouvelle du jour pour les fans de metal extrême belges ou français proches des Ardennes : le Metal Méan, rendez-vous immanquable depuis plus de 15 ans maintenant, a annoncé qu'il prolongeait le plaisir jusqu'en 2022. L'édition 2020 devait être la dernière pour les organisateurs, avec une affiche de gala au programme ... et se passa ce qui s'est passé, et ce qui se passe encore un peu partout. Pour être très honnête, je ne pensais même pas qu'il serait déjà possible en 2021 d'organiser un festival, même à jauge réduite, et les annulations d'Urfaust, Blood Incantation, Demolition Hammer, Imperial Triumphant et Convent ont certainement fait hésiter les organisateurs, sans parler des règles sanitaires plus changeantes que jamais. 

Mais voilà, l'opiniâtreté namuroise est bien connue : malgré une affiche amputée de ses plus gros noms, le Metal Méan se tiendra le 21 août prochain, et Sulphur Aeon s'est même ajouté à l'affiche, ce qui n'est pas rien. Mieux encore, et c'est là la vraie nouvelle : devant l'impossibilité de faire des adieux en bonne et due forme en 2021, le festival reviendra en 2022, cette fois on l'espère pour une édition "normale". Nous, on a déjà nos tickets pour le mois prochain. Et vous ?