Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Transatlantic

The Whirlwind

LabelInside Out
styleRock Progressif
formatAlbum
paysEtats-Unis
sortienovembre 2009
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

A la question de savoir définir ce qu'est un all star band, Transatlantic a apporté une réponse plutôt convaincante. Prenez quatre membres de quatre groupes tous aussi cultes les uns que les autres. Des membres qui ont une réputation qui n'est plus à faire dans et en dehors de la sphère progressive et qu'ils veulent rendre hommage à l'instar d'un Bloodbath pour le Death suédois, à la vieille scène progressive avec à la clé un concept bien huilé que vous comprendrez facilement juste en regardant la pochette. Je vous ai fait saliver jusque là mais attendez que je vous annonce clairement le line up. On retrouve l'homme qui aime dire haut et fort qu'il aime Jesus, Neal Morse, ancien de la maison Spock's Beard sur les claviers et une grande majorité du chant qu'il partage avec Roine Stolt, guitariste des Flower Kings. La section rythmique est assurée par des personnes encore plus réputée. Mike Portnoy (Dream Theater) assure derrière les fûts et le génial Pete Trewavas (Marillion) fait claquer la basse.

Que pouvons nous attendre du troisième album d'un groupe qui comporte autant de grandes individualités ? Avez vous peur d'un excès d'ego entrainant une surenchère de masturbation technique et vaine ? Aussi incroyable que cela puisse paraître, les musiciens se prennent en main et n'ont font pas trop. Il n'est vraiment pas évident de reconnaître la pâte qui est celle de Mike Portnoy avec Dream Theater sur les albums de Transatlantic. Peut être est-ce cela la marque des grands batteurs, savoir tout jouer (cela va de soit) et savoir le moment venu se faire discret. Seule facétie de sa part, avoir incorporé une partie de double pédale sur le décollage de la piste « Is It Really Happening ». Je parle de piste car en fait The Whirlwind doit être vu comme un seul et unique morceau de soixante-dix-huit minutes. Rien que ça. Et a contrario de The Incident de Porcupine Tree, les pistes ont une réelle cohésion entre elles dans les enchainements, dans les atmosphères, dans les répétitions de certaines parties. Il y a des parties qui reviennent de temps en temps mais qui donnent à chaque fois quelque chose de nouveau.

Cela n'empêche pas quelques élans dans la virtuosité mais seulement dans pour le clavier et guitares qui exécutent des soli techniques mais pas trop longs et qui ne sortent jamais du contexte. Tous jouent dans un but collectif et non pas comme une somme d'individualités. Comme déjà dit, il y a une réelle cohésion dans le groupe qui entraîne ici une grande cohérence des structures. Mais la cohésion ne fait pas tout et si The Whirlwind décolle admirablement avec « Overture, Whirlwind » puis « The Wind Blew Them All Away » et atterrit de la même manière avec « Is It Really Happening » et « Dancing With Eternal Glory, Whirlwind (reprise) » (que d'instants cultes sur ces quatre pistes), le vol en lui même connait un peu plus de perturbations avec une inégalité des pistes proposées. Des pistes pas mauvaises en soi mais qui n'ont pas cette petite chose ni de temps forts qui les fassent vraiment ressortir du reste. On ne peut pas vraiment dire, en effet, que l'on s'ennuie à l'écoute de The Whirlwind, simplement, on attend peut être un peu plus d'un groupe de cet ampleur qui au lieu de rendre hommage au progressif ferait mieux d'être un peu plus original et d'essayer de renouveler un peu le genre car quand on connait un peu les classiques du style tout tombe un peu sous le sens, est prévisible surtout si on a déjà écouté Spock's Beard. On sera, néanmoins, surpris par le coté guignol et inquiétant de « A Man Can Feel » qui est un excellent titre au demeurant.

Transatlantic avec The Whirlwind ne fait toujours pas dans l'originalité mais il faut néanmoins reconnaître que le groupe joue avec talent, n'ennuie pas vraiment malgré peut être un manque de variété. On ne voit vraiment pas passer les soixante-dix-huit minutes de l'album dont on ressort avec la banane mais pas la confirmation que l'on doit faire face à un nouveau groupe culte du genre. Il n'en reste pas moins que The Whirlwind est une des meilleures sorties progressives de cette année 2009 et satisfera les fans de Spock's Beard et Neal Morse qui sont un brin nostalgiques, tout comme le groupe...

"THE WHIRLWIND":

01. Overture, Whirlwind
02. The Wind Blew Them Away
03. On The Prowl
04. A Man Can Feel
05. Out Of The Night
06. Rose Colored Glasses
07. Evermore
08. Set Us Free
09. Lay Down Your Life
10. Pieces Of Heaven
11. Is It Really Happening ?
12. Dancing With Eternal Grace/ Whirlwind (Reprise)