Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Darkened Nocturn Slaughtercult

Saldorian Spell

LabelWar Anthem Records
styleBlack Metal
formatAlbum
paysAllemagne
sortienovembre 2009
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Il existe des groupes très bons mais qui ne sont voués qu'à être connus du monde underground, et Darkened Nocturn Slaughtercult en fait partie malgré ses 12 années d'existence. Limitant le nombre d'exemplaires de chacune de leurs sorties, les allemands ne cherchent pas à développer un esprit mercantile, mais plutôt à fournir des productions de qualité à une "élite". Personnellement, comme pour la plupart (enfin, façon de parler, on est dans l'underground), j'ai connu il y a quelques années Darkened Nocturn Slaughtercult parce que le groupe a dans ses rangs une chanteuse guitariste, Onielar, ce qui est un fait assez rare dans le black... Voyons comment les allemands présentent leur cinquième chapitre : Saldorian Spell ?

Tout comme les précédents albums du groupe, c'est une gravure en noir et blanc qui illustre l'album. Voilà qui est sobre et qui fonctionnera à tous les coups. Il en va de même musicalement, avec un disque dans la continuité de tout ce qu'a produit Darkened Nocturn Slaughtercult : du bon trVe black old school. On y retrouve l’aura d’un vieux Mayhem, Immortal, Darkthrone. Le morceau le plus flagrant à ce sujet est « The Descent To The Last Circle », où s’alternent des parties black / punk et des blasts supersoniques. Les allemands reprennent donc une recette d'antan qui a fait ses preuves, d'où certains auditeurs qui y trouveront un manque d'originalité. Mais il faut avouer que c'est bien fait !
Saldor, thème mystérieux du groupe, a lui aussi déjà été exploré par le passé («Saldor » dans The Pest Called Humanity, « Gathering Upon Saldorian Fields » dans Nocturnal March). Mais vous allez penser que Darkened Nocturn Slaughtercult joue dans la facilité à refaire ce qu'il a déjà fait ?
Et bien non, il y a quelques changements par rapport au passé :
Tout d'abord, on sent que le groupe a davantage travaillé sur l'alternance rythmique et mélodique pour convaincre : « Saldorian Spell » et « Glance At The Horizon » sont les deux morceaux qui illustrent cette recherche des allemands, malgré un léger péché pour la linéarité. Les riffs qui font mouche sont nombreux dans l'album, mais c'est surtout pour un autre chose que Darkened Nocturn Slaughtercult marque des points : sa faculté à accélérer de façon soudaine dans ses morceaux. On se prend alors un énorme coup de pied dans le derrière, et il ne s’estompe pas après plusieurs écoutes (vous savez, cette impression que tout va vite, et qu'on écrase l'accélérateur encore plus ?). Lorsqu'on écoute « Suitor Of Death », titre le plus intéressant du disque à mon goût, on s'en rend compte : le groupe nous emmène dans un long break doomesque où la tension est poussée à son paroxysme, Onielar impressionnant vraiment avec sa voix suicidaire. La suite est une accélération diabolique qui est vraiment très efficace ("Dispatching The Curse Of Uncreation" est excellent aussi pour çà).
Puis, nous pouvons noter que cette fois-ci, contrairement à ses anciens opus, le groupe n'a pas fait de morceau avec paroles en allemand. On peut trouver cela dommageable, notamment parce que dans les anciens albums, ce chant allemand donnait un côté Sodom assez sympatique.
Enfin, malheureusement, « The Saturnine Chapel », dernier titre de Saldorian Spell, semble être le morceau le plus faible de l’album, avec une grosse linéarité, un riff en boucle à la fin et un sample d’homme qui parle qui ne fait pas "trVe evil". Il a clairement été composé pour achever le disque, mais peut laisser un goût de « ça aurait pu être mieux », surtout quand on a écouté les perles qu’étaient les albums Nocturnal March et Hora Nocturna.
Après l'écoute du disque, le constat est évident : l'ambiance malsaine est de rigueur et la violence musicale est au rendez-vous. La production, fidèle aux standards du black metal, est très bonne. On peut apprécier chaque instrument et être facilement pris dans l’ambiance noire de Saldorian Spell. Au niveau individuel, les riffs de basse du musicien session Grigorr sont moins travaillés que ceux à la guitare, mais ont le mérite de contribuer à la bestialité musicale du groupe. C'est surtout le triplet chant / guitare / batterie qui est plaisant. Olienar, la chanteuse - guitariste, est vraiment impressionnante. Elle supplante sans problème beaucoup de chanteurs blacks. Son duo à la guitare avec Velnias est assez redoutable, même s'il manque quelques petits soli old school de temps en temps pour nous satisfaire pleinement. Néanmoins, leurs compositions sont efficaces, brutales et variées. Il reste à examiner le travail de Horrn à la batterie : c'est simple, il n'y a rien à redire sur ses lignes de batterie, il colle parfaitement à la musique du groupe, martelant comme un damné chaque mesure de Darkened Nocturn Slaughtercult. On pourrait juste lui reprocher le son étrange de ses petits toms (on croirait entendre des frappes sur octobans...).

En définitive, Saldorian Spell est un bon album très froid, à l’ancienne, digne représentant du trVe black metal nordique de jadis. Darkened Nocturn Slaughtercult a encore frappé un bon coup avec ce nouveau chapitre, même s'il pêche un peu en linéarité. Avec cinq albums, on peut considérer le groupe comme une valeur sûre, et il l'est ! Il reste à les voir un jour en concert en France...

1. Saldorian Spell
2. Beneath The Moon Scars Above
3. Kataklysmic Bretherens
4. The Descent To The Last Circle
5. Glance at the Horizon
6. Dispatching The Curse Of Uncreation
7. Suitor Of Death
8. The Saturnine Chapel

Les autres chroniques

Album

avr. 2019 Matthias

Darkened Nocturn Slaughtercult

Mardom