Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Pro-Pain

No End in Sight

LabelRegain Records
styleHardcore aviné
formatAlbum
paysUSA
sortieaoût 2008
La note de
U-Zine
5.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Les belligérants musclés de Pro-Pain reviennent au front sur un tout nouvel album, et autant vous dire que le char d’assaut des années 90 - croisé aux détours des premiers Foul Taste of Freedom ou encore The Thruth Hurts - s’en est littéralement allé, laissant derrière lui de vagues volutes d’une fumée toujours bien épaisse, mais bien moins toxique.
Il faudra s’y résigner, Pro-Pain n’est plus aujourd’hui le digne représentant du pugilat organisé, du déversement ordurier et encore moins le dictateur tenace que l’on avait pu connaître sur les ogives « Kill or Be Killed » ou « Make War Not Love », piqué au hasard de leur cartouchière. Non, la formule conflictuelle et intrinsèque de Pro-Pain s’en est allé et conformément au virage effectué par Fistful of Hate, ce No End In Sight s’apparente à la guerre froide du groupe. Ni dénué de richesse, ni foncièrement mauvais, l’album navigue entre deux eaux tantôt délurées et peu assurées, lourdes et incisives, sans toutefois entrevoir la possibilité d’un quelconque retour aux sources.

Cinq titres … C’est autant de chansons qu’il aura fallu à Pro-Pain pour cesser de se regarder dans le blanc des yeux, sans savoir trop quoi et qui emmener, mais surtout pour nous larguer ses premiers riffs désenchantés et manipulateurs (« Phoenix Rising »). Peu méritant sur les tout premiers morceaux de No End In Sight, pagayant parfois dans un trauma affligeant avec « Hour of The Time » et surfant sur le pathétique « Where We Stand », le groupe désormais affecté d’une voix claire gravit malheureusement trop sereinement les premières marches de son album, essoufflé à la mi-chemin par le manque d’empreinte et de reconnaissance. Le titre « Go It Alone », intercalé au milieu du parcours, n’étant finalement là que pour divertir la galerie et pesé dans la balance des nostalgiques de Sick of It All ou des Dropkicks.
Simple poursuite mielleuse de l’album Age of Tyranny/The Tenth Crusade et digéré en l’espace d’une courte année, Pro-Pain semble malencontreusement creuser sa tombe en s’enfonçant dans les affres de la redondance et du facile. Les quelques refrains amenées par Tom Klimchuck restent conditionnés pour les grands enfants, malgré un réel potentiel sur les solos et autres gimmick des plus âpres.
Malgré tout, une petite part des chansons laissent entrevoir un éventuel revers de situation de la part du groupe ayant bercé les nuits agitées des clubs New Yorkais. « The Fight Goes On » ou « All Wise ! » ne font pas que rouler des mécaniques, mais relève la teneur en globules rouges de nos tympans souffrant le martyre sur les quelques entrechats de Gary Meskyl, très peu convaincant dans son chant clair. Ayant préféré la tisane au houblon, ce dernier ne prêche désormais plus en faveur de sa paroisse, préférant prendre les chemins d’un rock au petit bras, en référence au morceau éponyme ou à « God Will’s »

De l’évolution et un tout nouveau territoire pour les intègres de , figure de proue du Hardcore New Yorkais ayant toujours vogué à contre-courant des modes en livrant bataille à la terre entière. Ce No End In Sight, malgré toute la bonne volonté et le passé glorieux de ces chefs de guerres, ne relèvent à vraiment aucun moment le groupe, enlisé dans une mélasse toujours collante et amorphe, malgré la pertinence de quelques morceaux et passages pétillants. Mobilité peu judicieuse au regard de ses antécédents, grand foutoir épars très peu caractéristique des bataillons en rang serrés des albums qu’on leur connaît, Pro-Pain ne réussit quasiment jamais à bousculer et à motiver l’auditeur. Les princes de la douleur semblent avoir avaler leur valda sur cet album. Une aspirine assez fade que nous avons encore nous même, du mal à ingérer et à digérer.

1. Let the Blood Run Through The Streets
2. Halo
3. Hour of the Time (feat. Stephan Weidner)
4. To Never Return
5. Where We Stand
6. Phoenix Rising (feat. Rob Barrett)
7. Go it Alone
8. All Rise
9. God's Will
10. The Fight Goes On
11. Where We Stand (Ream Mix - Bonus Track)

Les autres chroniques

Album

mai 2010 U-Zine

Pro-Pain

Absolute Power