Live reports Retour
mercredi 26 avril 2017 - Schifeul

Gutalax + Spasm + Guineapig + Squirtophobic + Devour the Fetus à Lomme - Gorecrusher tour

Bobble Café - Lomme

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Soirée finesse à Lomme, car la ville accueille ce soir le Gorecrushertour, tournée réunissant quatre groupes fleurant bon le goregrind comme Spasm, Guineapig, Squirtophobic et surtout Gutalax ! Le truc cool en plus, c’est que la salle de concert se trouve dans ma rue, donc je n’avais aucune raison de rater cela. Bon, c’est plus une avenue qu’une rue et elle déroule sur 5km, mais c’est toujours classe à dire, ce petit côté “en bas de chez moi”.

J’arrive donc devant la salle du concert de ce soir, le Bobble Cafe, avec un énorme tourbus garé devant, chose qui m’interpelle un peu. Bah oui, ça doit bien être la première fois que des groupes du style tournent en tourbus, normalement, ils devraient être 15 dans un van 9 places qui sent le vieux slip. Mais bon, le haut de l’arrière du bus tient avec du Gaffer, donc ça reste pas mal grind dans l’esprit.

Le Bobble café ne sert qu'occasionnellement à faire jouer des groupes, le gros de son activité est surtout de tenir lieu de café/salle d’arcade de jeux retro et next gen. En gros là, tu peux doser tes potes à Dance Dance Revolution afin de te chauffer les hanches avant d’aller zouker devant du Tchèque en sueur.

C’est Devour The Fetus qui fait office d’ouverture de la date et ça fait plaisir de revoir le groupe de Rambouillet ! Par contre, dommage que le groupe doive jouer devant un public réduit, la majorité des spectateurs s'agglutinant dans une queue afin de payer leur place ou prendre leur ticket. Mais ça, Renan et sa clique s’en battent les couilles et vont balancer moult bree à la gueule de l’assistance qui se remplit peu à peu et commence à se mettre dessus dès que le nombre le permet, à l’aide des titres de son album Cook'n'Roll, mais aussi de vieux titres et d'autres issus du très bon et récent Promo 2016. Très bon lancement pour cette date du Gorecrusher !

Chacun des groupes va ensuite faire monter crescendo la folie de la soirée. À commencer par Squirtophobic, qui va voir les premiers slams pointer le bout de leur nez en nous faisant remarquer que le lustre pendant au plafond va s’annoncer problématique. Ou au contraire va faire office de star de la soirée en encourageant les paris sous forme de “tombera, ne tombera pas ? Gros nawak sur leur reprise de Plastic Bertrand avec un Ca Plane Pour Moi repris par tout le Bobble.

Les Italiens de Guineapig prennent la relève et dénotent un peu avec leur côté un peu plus sobre. Enfin, le groupe sur scène à l’air moins axé déconne, le line up restreint à 3 membres les obligeant à se concentrer sur l’essentiel, envoyer du grind droit dans la gueule des gens. Et ils ont l’air plutôt bons à ça, à en voir le public qui commence à être vraiment nombreux devant les Italiens.

Spasm, le nom me disait un truc et Fiat Lux dès que son chanteur déboule sur scène ! Déjà parce qu’il est affublé d’un masque façon carnaval de Venise, mais avec un gros zeubi à la place du nez, mais surtout parce que je le reconnais comme “le gros lard avec un slip Borat vert” ! Bon par contre, c’est un peu un demi-sel, car il porte un autre string en dessous. Le groupe va dérouler un gros set, sans oublier bien sûr des titres de son split avec Gutalax tout fraichement sorti, le tout devant un public très nombreux ( la partie “salle de concert” est désormais blindée de monde) en train de danser sur les hymnes goregrind.

Arrive enfin l’heure de Gutalax. Avoir la possibilité de revoir les Tchèques fait remonter pas mal de souvenir, un peu comme une madeleine de Proust, mais sous forme d’étron. Déjà, il y a leur concert au Party San 2013, où ils avaient tout retourné en mettant une ambiance de folie dans le pit. Mais surtout il y a toutes ces allées et venues entre les étagères d’un entrepôt, avec un chariot et une espèce de pip-boy nul à la main gauche, à l’époque où j'étais préparateur de commande pour le Leclerc drive. Bah oui, quitte à faire un job de merde, autant se foutre dans les oreilles un groupe qui ne parle que de déjection.

L’intro de Ghostbuster commence à peine que c’est déjà le foutoir dans le pit à grands coups de lancé de rouleau de PQ. En soi, pas de problème là-dessus, c’est dans le délire du groupe, mais de là à ce que le sol ne soit que papier toilette alors que le groupe n’est pas encore sur scène, c’est chaud ! Puis les Tchèques déboulent et là, ça vrille totalement ! Ça danse comme jamais et les slammeurs ainsi que les mecs qui sautent se mangent ce fameux lustre, désormais décoré de papier hygiénique, qui tient tout de même bien le coup.

Gutalax enchaine les titres goregrind et la chaleur est rapidement insoutenable dans la salle. Tellement qu’on a un petit zigoto qui monte sur scène se désapper avant d’aller taper un slam le pantalon sur les chevilles en se secouant le zgueg. Ne manquant pas bien sûr de se prendre le lustre tandis qu’il se lustre l’asperge. Maty, lui, entre deux gruiks croa, n’hésite pas à balancer une vanne ou encore nous remercie chaleureusement, nous indiquant que même si le groupe est passé peu de fois en France, à chaque fois c'était la folie. En fin de set, on a bien entendu eu droit à une chenille, car sinon l’esprit teuf n’aurait pas été à son comble. Je m’attendais même à ce qu’elle sorte dans la rue, tant je n’avais plus d’espoirs dans ce public qui s’oublie et balance guitare gonflable ou vadrouille (le vrai nom de la brosse à chiotte, au moins t’auras appris un truc en lisant c’torchon !).

Gutalax se retire de scène après un concert parfait, en forme de foutoir géant. Ma seule petite déception est que finalement, le lustre n’a perdu qu’une ampoule.