Live reports Retour
jeudi 29 octobre 2015 - S.

Firinfest : Allobrogia + Physiology of Darkness + Barús + Epitaph

Ampérage - Grenoble

S.

Dévoué au Black Metal

Ce jeudi 29 octobre, c’était la grande première de Mormegil Productions, nouveau-venu dans le milieu événementiel metal du bassin grenoblois. A cette occasion, l’association a réuni quatre formations locales : Epitaph, Barùs, Physiology of Darkness et Allobrogia. C’est exclusivement pour les deux dernières citées que j’ai fait le déplacement.
Il faut en vouloir pour venir à l’Ampérage lorsqu’on n’habite pas Grenoble comme moi. Pourquoi ? La salle est au centre de la ville et c’est la croix et la bannière pour trouver un endroit pour se garer. Résultat des comptes, une demi-heure à tournicoter dans les rues alentour pour enfin trouver une place providentielle, ratant une bonne partie du set du premier groupe.


Epitaph

Je n’assiste donc qu’aux deux derniers morceaux d’Epitaph. Pour les avoir vu il y a deux ans au Dock, j’avais souvenir d’un Death très énergique ; de ce que j’ai vu ce soir, il y avait quelques consonances Black avec une ambiance lourde et pesante. Mais quelques minutes c’est bien trop peu pour juger alors je n’en dirai pas davantage.

 

Barús

Je n’avais jamais entendu parler de Barús jusqu’à l’annonce de cette affiche. J’avais malgré tout jeté un œil sur Metal-Archives histoire de cerner un peu le groupe : du « progressive death metal » ; mouais, c’est déjà mal engagé, et ça l’est encore plus quand je me penche sur les membres, certains officient dans Maïeutiste et Wolflust, deux formations que je n’aime pas (osons dire les choses, après tout). Dès le premier morceau, l’infime espoir est effacé tant j’ai l’impression d’assister à du metalcore, cette insistance sur les accords lourds à grand renfort de basse. En fait, leurs compositions sont un melting-pot d’influences, que ce soit death, black, sludge, sans queue ni tête à tel point que j’en perds le fil. Bon, ceux qui ont l’habitude de me lire savent que je ne porte pas dans mon cœur tout ce qui est étiqueté « progressif ». Vite, la suite.

 


Physiology of Darkness

Changement radical avec l’entrée en piste de Physiology of Darkness, tant sur le plan musical que scénique. La formation rhônalpine a en effet effectué un effort sur le décor du plateau, avec nombre de chandeliers, bougies, étendards, draperies et autres vêtements monastiques sur les individus, idéal pour se plonger dans leur univers. J’avais pu assister à leur premier concert en janvier dernier à Chambéry, leur Black Metal mélancolique m’avait particulièrement plu. Après une démo et un album sorti il y a respectivement huit et cinq ans, les chambériens s’apprêtent à sortir leur nouvel opus « The dark lake » chez Mortis Humanae, dont ils sont venus interpréter quelques morceaux ce soir. Dans cette atmosphère intimiste, le quintet nous délivre des compositions baignant dans la nostalgie, souvent mid-tempo, se fendant de quelques mélodies belles et mystiques à la fois. Une prestation envoûtante et convaincante.

 


Setlist :
Chant Nocturne I
Under the nightscape
Ignis Fatuus
Sacrifice in moonlight
Oremus Sepulcral
Exequie Talarium
Le Sorcier de Myans
Chant Nocturne II

 

Allobrogia

Je n’allais pas rater une occasion de soutenir les amis d’Allobrogia, eux qui se sont fait un petit nom dans la région grâce à leurs album et EP « Sapaudiae Nostra » et « Catugnatos rèvolta », et le petit prochain prévu pour bientôt, dans l’attente de trouver un label. A ce titre, le quintet est venu jouer ce soir quatre nouveaux titres, dont l’excellent « Imbolc » teasé quelques jours plus tôt. Outre les nouveautés, les habituels « Sapaudiae Nostra », « Dyâblyo » et « Epitafa » sont interprétés, ainsi qu’une reprise des Polonais de Mgla, elle aussi déjà jouée par le passé. Malgré un son « boîte à chaussures » (oui cette expression n’existe pas, et alors ?), entendez par là étroit, renfermé, trop étouffé et manquant de clarté (mon seul regret de ce set), leur Black Metal teinté d’influences Pagan va être déroulé avec efficacité. Lorsque les lumières se rallument, le public aurait volontiers accepté une rallonge de deux ou trois morceaux, il l’a d’ailleurs fait savoir mais rien ne se passera. Ce ne seront pas les occasions qui manqueront de les revoir à nouveau (Forest Fest, Ragnard Rock…).

 


Setlist :
Intro
Alban Eilir
En Ran
Imbolc
Sapaudiae Nostra
Further Down the nest I (Mgla cover)
Sonnocingos
Dyâblyo
Epitafa

Merci à tous les acteurs pour cette soirée.

 

Photos