Live reports Retour
mardi 2 juin 2015 - Romain

Egypt + Abrahma + Tombstones

Glazart - Paris

Romain

Drogué alcoolique aimant les amplis qui vomissent des basses bien grasses.

Quoi de mieux pour entamer un chaud mois de juin que de se rendre au Glazart afin de faire encore monter sa température corporelle devant de la musique distordue ? C’est déjà la troisième date de la collection printemps-été des Stoned Gatherings. On retrouvera en plus des copains le trio Egypt venu des Etats-Unis pour sa tournée européenne. Ils partageront l’affiche avec Abrahma, habitués des lieux ainsi que Tombstones, le tout pour nous promettre une soirée doomy à souhait.

 

TOMBSTONES

Comme mes venues au Glazart sont en partenariat avec la SNCF et la RATP, je manque avec regret une grande partie du set de Tombstones venus ouvrir ce soir. J’assiste donc uniquement aux dernières minutes du concert des Norvégiens. Et au vu de la puissance du doom livré par le power trio, le concert à un goût de trop peu. Le groupe ne fait pas particulièrement dans l’original : c’est lent, grave et saturé. Mais les nouveaux morceaux joués en cette fin de set sont bien convaincants. Avec un bassiste et un guitariste assurant tous les deux le chant, on a le droit à des parties vocales assez diversifiées.

Ces quelques minutes auront donc suffi à m’emballer. Mais d’après les dires de certains, l’entièreté du set était trop linéaire pendant un set où l'ensemble des morceaux ne faisait pas particulièrement dans le novateur. Soit, au prochain passage de Tombstones, je tâcherai de me pointer à l’heure afin de voir la prestation du trio dans son intégralité et ainsi me faire ma propre idée.

Setlist :

King Of Daze
Black Moon
The Dark High
Oceans Of Consciousness
Barren Fields

 

ABRAHMA

Je dois l’avouer, le doom psychédélique d’Abrahma ne m’emballe pas en studio. Si  les compositions du quatuor parisien sont efficaces, les écouter chez moi assis dans un fauteuil ne m’a jamais réellement transporté. Mais le groupe étant un habitué des Stoned Gatherings, je me dis qu’en live ça ne doit pas être la même chose. Je laisse donc mes quelques a priori de côté et m’engouffre dans un Glazart qui se remplit petit à petit.

Les Parisiens sont là comme à la maison, et ça se voit, le quatuor étant particulièrement à l’aise sur scène dès les premiers instants. Et la qualité sonore aide à apprécier un set gagnant en puissance au fur et à mesure des morceaux. Je suis alors emporté par la prestation des Français, jouant beaucoup sur les ambiances à travers leurs compositions. Ces dernières sortent des sentiers battus nous offrant des riffs et des structures travaillées. Les quatre musiciens maîtrisent très habilement leurs instruments respectifs et n'hésitent pas à user d’un bon nombre de pédales d’effets. Les passages atmosphériques sont tout aussi réussis que les moments plus bourrins.

Bref, trop point n’en faut, je cesse mes éloges : le concert fut très bon. Le groupe a su me convaincre et m'a donné envie d'aller jeter une nouvelle oreille plus attentive sur ses albums, en particulier sur le dernier Reflections In The Bowels Of A Bird joué en quasi-intégralité.

Setlist :

Fountains Of Vengeance
An Offspring To The Wolves
Headless Horse
Omens Pt.1
Weary Statues
Neptune Of Sorrow
Square The Circle
Omens Pt.3

 

EGYPT

La tête d’affiche d'ajourd'hu va continuer de nous faire vivre une soirée introspective. Cela n’empêche pas au Glazart, pas assez rempli à mon goût, d’exprimer sa joie lorsqu'Egypt arrive sur scène. Et l’ambiance continuera de décoller lorsque les Américains entameront les premières notes de leur classique Valley Of The Kings issu de leur premier EP. Le trio enchaîne ensuite ses titres tantôt stoner on ne peut plus classique, tantôt doom, tantôt psychédélique, le tout toujours servi avec une bonne dose d’influences bluesy. Chacun de ces styles est exploité avec brio. On ne s’ennuie pas durant le concert. On pourra regretter le manque de chant dans le mixe mais l’expérience me dit que c’est un problème typique du Glazart. Dommage pour la voix légèrement éraillée d’Aaron Esterby, difficilement discernable, et ce malgré toute la volonté du musicien. Heureusement que les solides lignes de basse de ce dernier ne sont pas traitées de la même manière. On les distingue bien du jeu de guitare de Neal Stein, ne prétendant pas nous en mettre plein les yeux mais nous proposant tout de même des soli restant diablement efficace.

Pour une fois, le public des Stoned Gatherings n’est pas enclin au pogo, et ce n’est pas plus mal ! On peut tranquillement se laisser aller au son planant des morceaux revisitant le premier EP éponyme ainsi que le dernier et unique full-lenght sorti il y a déjà plus de deux ans de ça. La soirée se ponctue avec un rappel sincère, le trio venant fouler quelques minutes encore les planches du Glazart en nous proposant une reprise de Kiss.

Setlist :

Matterhorn
Snake Charmer
Valley Of The Kings
World Eater
Hillside
Dirty Witch
Elk River Fire
Rappel : Watching You [Kiss cover]

 

Encore merci aux Stoned Gatherings pour cette soirée qui, vous l'aurez compris, était encore une fois d’exception ! La saison n’est pas finie, l’été promet d’être torride…

www.stoned-gatherings.com
www.facebook.com/stoned.gatherings

Merci également à Peggy pour les photos ayant illustré ce report. Le reste de son travail se découvre ici :

www.blackstage-photography.com
www.facebook.com/BlackStageLivePhotography