Live reports Retour
vendredi 17 juillet 2015 - DarkMorue

Vital Remains + Dehuman + Whisper of Death @Nantes

Le Ferrailleur - Nantes

DarkMorue

Un mec qui écrit des trucs.

Y'a pas à dire, le weekend du 18 Juillet est pas triste cette année. Beau clivage chez les fans de musiques saturées. Et donc, pendant que les lycéens découvrent la puissance des nazis de l'Est au Ragnard Rock, pendant que les hipsters trouvent que le son est pas ouf et que l'album d'avant était mieux au Chaos Descend, et pendant que les skateurs font du karaté sur Behemoth à l'Xtrem Fest, les gens ayant un minimum de bon sens et de goûts musicaux se retrouvent comme des cons sans personne pour prendre l'apéro. Mais de grâce, Blue Wave Productions nous ont préparé une soirée aux petits oignons au Ferrailleur de Nantes, faisant péter de la grosse pointure qui met tout le monde d'accord pour une date ayant de quoi rendre jaloux tous ceux qui y ont pas été. Je dévoile dès l'intro que ça tuait sa race, ouais je suis un gars comme ça moi. Roulements de tambours, Whipser of Death puis Dehuman puis Vital Remains, ça a mis tout le monde d'accord et on peut s'arrêter là.

Enfin, presque. Après l'apéro de rigueur, j'arrive au Ferrailleur avec un peu de retard pour le groupe de première partie, tout droit venu de région parisienne, voir même de la proximité de mon bled pourri d'origine (91 rpz), les Whisper of Death. La première chose qui frappe est le son, absolument excellent et chirurgical, laissant s'exprimer librement chaque fragment de ce groupe démarrant la soirée. Dommage que musicalement ce soit pas si dingue que ça, parce que les gars en voulaient. On sent qu'ils donnaient tout et étaient heureux d'avoir fait de la route pour jouer devant une salle remplie à moitié, mais bon, disons que c'est juste pas le genre de musique qui me parle. Le Death Metal assez brutal, blastant et breakant dans tous les sens, okay, mais les moshparts qui tombent souvent comme un cheveu dans la soupe et donnent un côté bien trop moderne dénaturent bien trop le tout pour que je rentre dedans. Et franchement la Pom-Pom Girl qui s'est ramené le temps de deux morceaux... Pourtant ça jouait et ça growlait comme il faut. Disons que la formation est de qualité en son créneau, mais que ça me parle pas, voilà.

Par contre, pour la suite de la soirée, niveau grosse baffe, on a atteint un tout autre niveau. J'ai déjà parlé du dernier Dehuman dont je dis le plus grand bien sur ce même webzine, mais je m'attendais pas à ça en live. Quelques problèmes de son, un équilibre différent qui a totalement transformé la musique. Tout devant la scène, la batterie et le chant me semblaient bien en retrait (mais on m'a dit que d'un autre endroit de la salle on entendait que la caisse claire du coup... voilà). Et surtout, si le groupe est raisonnablement Brutal et Impérial sur album, sur scène tout est misé sur le côté épique et guerrier de la musique, et merde, la claque dans la gueule. Bien évidemment on pioche dans les deux albums, avec une tracklist très équilibrée, mais merde, j'avais pas anticipé un tel monolithe, une telle armada de riffs qui font lever le poing, et un chant arraché qui prend aux tripes même si on l'entend presque pas. On note un batteur fou sosie deMike Smith (Suffocation) avec des mimiques de psychopathes et on se retrouve devant un groupe de Brutal Death vivant sa musique jusqu'au bout, impitoyable et ayant foutu absolument tout le monde à terre y compris ceux n'en ayant auparavant jamais entendu une seule note (ce "Crypts of Blood" final purée...). Bref, première énorme claque de la soirée qui l'a déjà presque rentabilisée, et le meilleur reste à venir...

En fait, je sais même pas si c'est la peine de faire un report de Vital Remains. J'ai qu'à dire que c'était Vital Remains et tout le monde comprendra. Plus d'une heure de set avec 8-9 morceaux, une avalanche de blasts et un Death Metal qui suite le long des murs, et voilà, tout le monde voit de quoi je parle. Je les avais loupés à l'Obscene Extreme Fest la semaine d'avant car je savais que je les verrais à cette date là. J'en ai amèrement regretté de pas les avoir vus 2 fois en 7 jours tellement c'était la branlée. Pour un groupe n'ayant pratiquement plus aucun membre d'origine et des renouvellements par paquets de 12, c'est un exploit. Mais voilà. Ils ont débarqué et tout défoncé. On a enchaîné les morceaux épiques de 10min alternant blasts supersoniques et leads épiques, le récent batteur (un rescapé de Hour of Penance) explose tout par son jeu carré et inhumain, le vocaliste actuel a le charisme qu'il faut pour le job avec sa voix musclée et rassurante, ainsi que ses slams en plein milieu des morceaux qui forcent le respect, et on prend la calotte de nos morts tout du long. On enchaîne d'abord les morceaux du dernier album qui passent l'épreuve du live au point d'être devenus des classiques ("Where is Your God Now" en intro évidente puis l'éponyme puis "Scorned", oki quelqu'un aurait-il vu mes dents?), puis si ça nous suffit pas on a même un nouveau morceau qui promet un prochain album bien dans la continuité comme on le veut, un joli "Forever Underground" qui met à terre et on fait nos adieux sur un "Dechristianize" attendu de tout le monde qui finit d'enfoncer le clou dans la croix. Le son était parfait, le show était parfait, on comprend parfaitement comment Vital Remains peut se targuer de faire des têtes d'affiches alors qu'ils n'ont aucune actualité studio depuis huit ans. Rideaux. La salle brûle encore.

Enfin voilà, vous l'avez compris, niveau claque dans la gueule cette soirée là s'imposait comme il faut. La valeur sûre qui le restera pour toujours en haut de l'affiche, le groupe de chez Kaotoxin qui casse des gueules au milieu et la première partie qui fait son office, juste le plateau parfait en ce milieu d'été. Les absents ont eu tort, et aller à un festival nul n'est pas une excuse valable, na. Quoi, comment ça on sent la rage d'ici ? Mais tellement pas, vous y connaissez rien, vous êtes jaloux c'est tout. Merci le Ferra, merci Blue Wave, on remet ça quand vous voulez.

Setlist de Vital Remains :

1 – Where Is Your God Now + Icons of Evil
2 – Scorned
3 – Black Magic Curse
4 – Hammer Down the Nails
5 – In A World Without God (nouveau morceau omfg)
6 - Forever Underground
7 – Descent Into Hell
8 – Let The Killing Begin + Dechristianize